(L’urgentiste.com)– Le paludisme a encore endeuillé des milliers de familles au Cameroun en 2021. Selon les chiffres officiels, cette maladie a tué 3863 personnes (contre 4121 en 2020), pour 3 150 784 malades enregistrés (contre 2 646 139). 14,3% de ces décès sont survenus dans les formations sanitaires, contre 17,2% en 2020. « Ces données permettent de constater une augmentation de l’incidence du paludisme et une baisse de la mortalité attribuée à cette maladie », explique Manaouda Malachie, ministre de la Santé publique.

Malgré les efforts du gouvernement, le paludisme demeure l’une des principales causes de mortalité et continue de représenter un lourd fardeau socio-économique au pays.  En effet, environ 50% des causes d’hospitalisation le sont à cause de cette maladie. Les enfants de moins de 5 ans représentent au moins 60% de décès. Selon le Minsanté, au moins 6 millions de cas et 4 000 morts sont enregistrés chaque année. Bien plus. Le Cameroun compte parmi les 11 pays les plus touchés dans le monde où 100 % de la population est à risque de contracter le paludisme, selon le rapport mondial contre cette maladie. Aussi, cette affection d’origine parasitaire constitue l’une des principales causes d’absentéisme en milieu scolaire.

Suffisant pour les officiels de la santé, leurs partenaires et surtout le soutien de Chantal Biya, la Première Dame, de lancer une campagne nationale de plaidoyer en faveur de la lutte contre cette maladie. Dénommée « Stop Malaria ! » avec pour thème « La femme et l’enfant au coeur de la lutte. #AgissonsMaintenant ! », elle vise à réduire l’incidence du paludisme au Cameroun. Elle a pour objectif de susciter l’implication de tous les leaders et décideurs en vue d’une mobilisation conséquente des ressources pour une lutte efficace. Par ailleurs, cette campagne nationale contribuera à obtenir l’implication effective des leaders, des communautés et la mise en œuvre des actions et interventions clés du Plan stratégique nationale de lutte contre le paludisme (PSNLP) 2019-2023 pour réduire considérablement la morbidité et mortalité liées au paludisme.

D’une durée d’un an, elle va se dérouler dans toutes les régions. Plusieurs activités sont envisagées comme l’organisation des réunions de plaidoyer en faveur des leaders, l’organisation des campagnes de sensibilisation de masse à travers les médias classiques et les médias sociaux. « Ce combat est le nôtre. Ces défis sont également les nôtres. Avec la Première Dame, agissons maintenant pour vaincre le paludisme », dixit Manaouda Malachie. A noter que le paludisme est une maladie potentiellement mortelle causée par des parasites transmis aux personnes par des piqûres de moustiques infectés (anophèles femelles).

Lire aussi

http://lurgentiste.com/cameroun-le-paludisme-a-tue-4-121-personnes-en-2020/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here