C’est à la faveur de la campagne intensive de vaccination qui démarre ce jour et cible 200 mille personnes.

En trois mois, le Cameroun n’a consommé que 120 mille doses de vaccin anti Covid-19 sur les 591 mille 200 doses reçues en avril 2021. Au 30 juin, le taux de consommation global était de 19% seulement pour une couverture vaccinale de 1,6%. D’après le ministre de la Santé publique, le pays dispose encore d’environ 320 milles doses. Raison pour laquelle « Nous pensons que nous devons densifier la consommation », précise Manaouda Malachie. En d’autres termes, il faut écouler ces doses encore disponibles avant leur péremption dans quelques semaines. D’où le démarrage ce 7 juillet, de la 2e campagne d’intensification de la vaccination contre ce virus mortel.

Jusqu’au 11 juillet prochain donc, elle va se dérouler sur toute l’étendue du territoire national avec pour objectif d’atteindre une couverture vaccinale d’au moins 70% de la cible initiale. C’est-à-dire les personnes âgées de plus de 60 ans, celles vivants avec les comorbidités, les personnels de santé et ceux de sécurité. Soit 200 000 personnes ciblées pendant ces 5 jours. Toutes les personnes de plus de 18 ans désireuses de se faire vacciner ne sont pas en reste. 244 centres de vaccination repartis dans les 191 Districts de Santé du Pays ont été mobilisées à cet effet. Un déploiement des équipes spéciales additionnelles a aussi été fait. En plus donc des 331 équipes mobiles déjà formées et qui « n’étaient pas véritablement déployées », 300 autres équipes supplémentaires ont été mises à contribution.

En prélude à ces 5 jours de vaccination intensive, le Programme élargi de vaccination (PEV) a multiplié des activités telles qu’une série de café politique avec les Ordres professionnels, les sociétés savantes, les médias et influenceurs, a densifié les passages de ses personnes ressources dans les médias depuis deux semaines, procédé à la diffusion des spots télé et messages dans les radios (nationale et communautaires) et à la sensibilisation des mobilisateurs. « Nous avons observé de petits changements et l’engagement de certains acteurs a fait que nous puissions changer un tout petit peu la donne », confie notre source.

Inquiétudes

Malgré cette batterie d’outils, des responsables du PEV sont conscients de ce que la tâche ne sera pas aisée pour leurs équipes déployées sur le terrain pour atteindre ses objectifs. Surtout dans les villes de Yaoundé et Douala. « C’est difficile. Les fakes news sur les réseaux sociaux ne nous ont pas aidé. Nous nous sommes pris un peu tard sur certains aspects », reconnait l’un d’eux. Néanmoins, « Nous allons essayer de rattraper ce qui peut l’être », dit-il. Déterminé.

En fait, « Si on veut avoir un impact rapide sur la mortalité et la morbidité, il faut avoir une couverture vaccinale d’au moins 3% très rapidement. Jusqu’à présent, le bénéfice de la vaccination ne profite qu’à ceux qui sont vaccinés. Pour que cela commence à avoir un effet sur la libération des services de santé ou sur l’économie, il faut au moins monter à 3%», explique le Dr Tchokfe Shalom Ndoula, SP du PEV.

Par ailleurs, les autorités sanitaires camerounaises espèrent accélérer le rythme de la vaccination et atteindre 5000 personnes vaccinées par jour. L’ambition est de vacciner 5 millions de camerounais d’ici la fin de l’année. « Nous voulons encourager nos compatriotes à vaincre la peur, à s’éloigner des suspicions, des idées préconçues qui sont véhiculées ici et là contre le vaccin », dixit René Emmanuel Sadi, ministre de la communication et porte-parole du gouvernement. Selon les derniers chiffres officiels, le virus mortel a déjà affecté 81 mille 318 personnes (contre 80 mille 953 le 30 juin dernier) et tué 1339 camerounais (contre 1325 il y’a une semaine).

A noter que le vaccin covid-19 est contre-indiqué en cas d’allergie connue à l’un des constituants du vacciné et de maladie fébrile grave. Le vaccin covid-19 n’est pas encore recommandé chez les femmes enceintes ou allaitantes et les enfants de moins de 18 ans. Les effets secondaires les plus courants sont les maux de tête, la fatigue, les douleurs musculaires, les vertiges, la somnolence, les douleurs abdominales, une perte d’appétit, le rhume, la faiblesse musculaire, l’anxiété, les difficultés respiratoires, la rougeur et douleur au point d’injection, l’évanouissement, les démangeaisons et vomissements.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here