Joseph Dion Ngute: "J'encourage les populations à se faire vacciner"

Initialement prévue pour s’achever hier 11 juillet, la campagne intensive s’étendra jusqu’au 16 juillet dernier.

106 mille 044 personnes vaccinées en 4 jours. Soit 97 mille 663 pour la première dose et 8 mille 381 pour la deuxième. Telles sont les données partielles que le compteur de la campagne intensive de vaccination anti Covid-19 affichait au 10 juillet 2021 au Cameroun. Des chiffres qui traduisent l’engouement des populations pour cette opération lancée le 7 juillet dernier à en croire les officiels de la Santé. D’ailleurs, certaines régions comme l’Extrême-Nord se trouvent actuellement en rupture de stock, affirment les équipes du PEV.

« Il y a des régions qui sont actuellement en rupture de stocks et qui attendent d’honorer leurs rendez-vous avec les communautés qui demandent la vaccination », confirme le Dr Tchokfe Shalom Ndoula, Secrétaire permanent du Programme élargi de vaccination (PEV). L’Extrême-Nord, le Centre, l’Ouest, le Nord et le Littoral sont les régions en tête de la vaccination.

Cet engouement a ainsi poussé le ministère de la santé publique à proroger cette campagne jusqu’au 16 juillet prochain, alors qu’elle devait s’achever ce 11 juillet. Soit 5 jours supplémentaires pour atteindre la cible initiale de 200 mille personnes injectées entre le 7 et ce jour. D’ores et déjà, certains acteurs du domaine de la santé et des médecins voient en cette prorogation « une course à la péremption ». Selon eux, c’est la véritable raison de cette prolongation décidée le 9 juillet dernier par Manaouda Malachie, ministre de la Santé publique. Ils en veulent pour preuve, le fait que selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), 180 mille doses du premier lot du vaccin AstraZeneca seront frappées de péremption le 23 août prochain.

Des arguments que bat en brèche Manaouda Malachie. Pour lui, il ne s’agit ni plus ni moins que de l’adhésion des populations à cette opération vaccinale d’envergure. Et l’autorité tutélaire de la santé au Cameroun de réitérer que les vaccins sont disponibles dans les formations sanitaires du Cameroun pour toute personne âgée de 18 ans et plus sur toute l’étendue du territoire. « L’administration du vaccin sera accompagnée d’une large action de sensibilisation et d’explication aux populations », fait savoir le Minsanté.

Par ailleurs, les agents vaccinateurs des équipes mobiles qui sillonnent les communautés et font du porte à porte sont chargés de proposer les deux types de vaccins (AstraZeneca et Synopharm) aux citoyens désireux de se faire vacciner autant dans les lieux de rassemblements comme les marchés, que ceux de culte en passant par les entreprises et les administrations publiques. « Les populations sont invitées à adhérer massivement à la vaccination contre le Covid-19 pour mettre fin à la pandémie », a martelé Manaouda Malachie.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here