(Lurgentiste.com)- Un réseau de trafic de fausses cartes de vaccination contre le Covid-19 a été démantelé à Yaoundé. Installé au Centre de vaccinations internationales de Yaoundé, il était composé d’employés qui demandaient jusqu’à 50 000 FCFA par carte de vaccination, aux «clients» désireux de se la procurer. Une employée de ce Centre soupçonnée d’appartenir à ce réseau a même été suspendue par le ministre de la Santé publique (Minsanté) pour une durée de trois mois, « renouvelable ». Selon le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, elle faisait déjà l’objet d’une enquête et a été prise en flagrant délit.

Tout part d’une fausse carte de vaccination portant la signature du Dr Yanne Emmanuel Ntsobo Njoh Bolo Bolo, chef dudit centre. Le détenteur de cette carte en avait pour un voyage hors du Cameroun mais n’était pas disposé à recevoir le vaccin. Après plusieurs tractations, il l’aurait finalement obtenu auprès d’un personnel du centre, sans avoir reçu d’injection. Pourtant, les cartes de vaccination ne sont délivrées qu’à toutes les personnes vaccinées contre le virus mortel. Ces cartes portent un numéro de série spécifique, le nom de la personne vaccinée, le vaccin reçu, l’établissement de santé où le vaccin a été administré et le nom du personnel qui a délivré le vaccin. Les autres informations résumées sur les cartes sont le dossier médical du client.

Selon Dr Shalom Tchokfe Ndoula, secrétaire permanent du Programme élargi de vaccination (PEV), toutes les informations marquées sur cette carte de vaccination sont déclarées dans le registre de vaccination de l’établissement de santé correspondant pour la traçabilité. « A ce stade, toutes les personnes vaccinées sont progressivement inscrites dans la base de données en ligne du ministère de la Santé publique. Cela permet aux personnes vaccinées de télécharger automatiquement une carte de vaccination électronique qui porte un code-barres qui peut être scanné n’importe où dans le monde pour vérifier le statut de vaccination Covid-19 de l’individu en question », a-t-il déclaré dans une interview à Cameroon tribune.

En tout cas, les enquêtes menées en interne ont permis de découvrir que d’autres agents de santé étaient impliqués dans ce trafic, d’après la même source. Toutefois, la pratique n’a pas cours qu’au sein de ce Centre. De sources concordantes, elle s’étend jusqu’aux aéroports internationaux de Yaoundé et Douala. Voyageurs et fonctionnaires sont les plus demandeurs de ces fausses cartes de vaccination. Et les sommes varient de 25 à 50 000 Fcfa. «Ce réseau existe depuis. et bien d’autres réseaux encore. A 50 00Fcfa, beaucoup n’hésitent pas», confie une source proche du dossier au Minsanté. A noter que la découverte de ce trafic intervient au moment où les fonctionnaires et agents publics devront désormais prouver qu’ils sont vaccinés avant d’accéder dans leurs services. Au sein de l’opinion publique, cette pratique était donc prévisible.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here