Sensibilisation des vendeurs des cantines scolaires au Lycée de Biyem-Assi

(L’urgentiste.com)- Comment alléger mon alimentation ? Quelles sont les conséquences de la mauvaise alimentation et de l’inactivité ? C’est à ces questions et à bien d’autres, que l’équipe de médecins, biologistes, nutritionnistes, diététiciens, endoctrinologues et diabétologues conduite par le Pr Eugène Sobngwi, en collaboration avec « Recherche–Santé & Développement (RSD) », répond dans un Guide de nutrition d’une trentaine de pages.  Intitulé « Je mange bien pour préserver ma santé », il aide à promouvoir une alimentation saine, équilibrée, variée.

Accessible et adapté à notre environnement, cet ouvrage collectif s’adresse à toutes les catégories d’âge et plans socio-culturels. En réalité, ce document a pour but de promouvoir les bonnes pratiques alimentaires et de lutter contre le surpoids et l’obésité au Cameroun. « Grande innovation dans l’univers scolaire du Secondaire », ce guide présente des aliments de diverses natures et leurs atouts multiformes. « Il constitue une véritable boussole dans la quête d’une alimentation plus équilibrée et stimulante de la santé tant physique qu’intellectuelle des adolescents et même des adultes », affirme Pauline Nalova Lyonga, ministre des Enseignements secondaires.

 Education nutritionnelle

Dans ce Guide donc, se trouvent des conseils, recommandations et astuces sur par exemple, comment alléger son repas en apéritif, dans les entrées, dans mon plat de résistance, en dessert. Bien plus. Un programme pilote d’éducation nutritionnelle est en cours dans les établissements et collèges au Cameroun, avec l’aide de la Fondation mondiale du diabète et le ministère des Enseignements secondaires.

« Nous nous sommes dit il faut sortir de l’hôpital, se battre en amont chez les plus jeunes », explique son Coordonnateur. Il est donc question selon le Pr Sobngwi, de former les formateurs et leur doter de connaissances pour améliorer la nutrition donc l’alimentation dans un premier temps, et d’intervenir auprès des vendeurs dans les cantines scolaires dans un second plan. En d’autres termes, modifier la façon dont les aliments sont préparés et présentés dans les cantines scolaires.

Influencer l’environnement scolaire

C’est ainsi qu’à titre pilote, la majorité des établissements du Mfoundi et de la Lekie ; tous les inspecteurs pédagogiques de la région du Centre, les inspecteurs médicos-scolaires et les infirmiers scolaires ont été atteint. « Il y a la connaissance à transmettre pour pouvoir modifier les habitudes et on espère influencer l’environnement scolaire et l’environnement autour des écoles pour que les enfants qui ont les bonnes connaissances puissent faire les bons choix », précise l’endocrinologue. Voilà pourquoi « l’intervention est focalisée sur les établissements secondaires, les adolescents qui eux, sont encore capables de modifier les habitudes. On espère à travers cette cible-là faire une bonne prévention du diabète, des maladies cardio-vasculaires à l’échelle nationale », poursuit ce dernier.

Rien de mieux que la maxime « Que ton alimentation soit ton premier médicament » d’Hyppocrate pour aider dans ce sens. Surtout qu’en soutenant que « la santé est dans l’assiette », il relève le rôle capital que joue l’alimentation dans la santé de tout individu, adulte ou enfant. « Nous nourrissons l’espoir qu’un bon usage de ce document contribuera à réduire significativement la survenue de nouveaux cas de ces maladies dévastatrices et fera le lit de changements positifs de comportements alimentaires à l’échelle de notre société », a déclaré Manaouda Malachie, ministre de la Santé publique.

Lire aussi :

http://lurgentiste.com/cameroun-30%-de-la-population-est-obese-ou-en-surpoids/

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here