Les morgues sont devenues des sépulcres.

Parmi elles, une dépouille déposée il y a 5 ans.

Des familles ont abandonné leurs dépouilles à la morgue du Centre hospitalier d’Essos à Yaoundé. Il s’agit de 16 personnes toutes identifiées, dont 15 nouveau-nés. La dépouille la plus ancienne a été déposée à la morgue de cette formation sanitaire il y a plus de 5 ans (le 18 mars 2016). La liste a été dressée dans un communiqué de presse publié hier jeudi 10 juin 2021, par le directeur général de la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS). Noël Alain Olivier Mekulu Mvondo Akame invite ainsi ces familles à les retirer au plus tard le 18 juin prochain.

Passé ce délai, les dépouilles « seront mises à la disposition des autorités municipales pour inhumation », précise ce dernier. Autrement dit, les corps qui ne seront pas retirés dans 7 jours seront transférés à la commune et inhumés dans une fosse commune. Ceci, conformément à une note préfectorale qui stipule qu’au bout de 60 jours à la morgue, tout corps fait l’objet d’un constat d’abandon avant son enlèvement pour inhumation par les services municipaux.

Il faut dire que l’abandon des dépouilles dans les formations sanitaires est une pratique désormais courante au Cameroun. L’on se souvient que le 5 janvier dernier, le directeur de l’Hôpital central de Yaoundé (HCY), dressait une liste de 119 corps abandonnés à la morgue de cet établissement de santé, dont 86 non identifiés. Le Pr Joseph Fouda avait lui aussi invité les familles à venir les identifier et les récupérer pour leur éviter une inhumation dans une fosse commune. Le mois suivant, c’est la mairie de Nanga-Eboko dans la Haute-Sanaga (Centre) qui avait procédé à l’inhumation de 11 corps abandonnés depuis deux ans à la morgue de l’hôpital de district.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here