Paludisme. 2481 personnes tuées en 2022 au Cameroun

(Lurgentiste.com)- Le paludisme reste l’une des principales causes de mortalité au Cameroun. En 2022, cette maladie a encore tué 2481 personnes (contre 3782 en 2021), selon le Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP). Avec 70% de tous les décès, les enfants de moins de cinq ans sont restés le groupe dans lequel ces décès ont été enregistrés dans leur grande majorité.

Les régions de l’Extrême-Nord (17,6%), de l’Adamaoua (17,9%) et du Nord (14,6%) sont celles qui ont enregistré les taux de mortalité les plus élevés du pays. Mais ce qu’il faut relever, c’est que ce chiffre national du nombre de personnes décédées est en baisse de 1301 décès en moins.

En effet, les données collectées provenant des hôpitaux du pays relèvent une baisse régulière de la mortalité due au paludisme depuis 2019. Entre 2021 et 2022 par exemple, cette mortalité hospitalière « a reculé de près de 4 points, passant de 13,5% à 9,9 % de tous les décès enregistrés », se réjouit le PNLP.

Interventions prioritaires

Au moment où le pays célèbre ce 25 avril, la 16e journée mondiale de lutte contre le paludisme sous le thème : «Il est temps d’atteindre zéro palu : Investir, innover, implémenter », 3 327 381 cas de paludisme ont été rapportés par les formations sanitaires du pays l’année dernière. Soit 29,6% de toutes les consultations, d’après les données SNIS). La région de l’est est celle avec la plus grande incidence des cas.

Les interventions prioritaires de lutte restent la prévention (axe majeur) et la chimio prévention. Dans la prévention, l’on peut noter la lutte antivectorielle (LAV) avec comme principale approche l’utilisation systématique des Moustiquaires Imprégnées d’Insecticides à Longue Durée d’Action (MILDA) par toute la population.

Ainsi, 16 756 200 MILDA sont en distribution au Cameroun depuis plusieurs années dans le cadre de la 4e campagne nationale de distribution gratuite. « Il faut cependant relever que seulement 68 % des personnes disposant de MILDA les utilisent effectivement dans les régions ayant déjà bénéficié de la campagne en cours. (EIP 2022)», regrette le PNLP.

Aussi, « La pulvérisation intradomiciliaire (PID) et la Lutte anti larvaire (LAL), autres méthodes de LAV se réduisent encore à quelques expériences pilotes », malheureusement. D’ailleurs, le pays reconnait comme défis qu’il faut travailler à inscrire d’avantage la lutte dans la multisectorialité.

En matière de chimio prévention, l’on compte le Traitement Préventif Intermittent (TPIg) chez les femmes enceintes ; la Chimioprévention du Paludisme Saisonnier (CPS) chez les enfants de 03 à 59 mois (régions Extrême- Nord et Nord) ; la Chimio prévention pérenne ou traitement préventif intermittent (TPIn) chez le nourrisson. Il s’agit d’une intervention récemment introduite.

Cependant, le programme dit faire faire à plusieurs difficultés comme les goulots d’étranglement dans l’approvisionnement en médicaments essentiels (antipaludiques), la passation des marchés ; l’insuffisance des ressources pour la mise en œuvre des interventions a fort impact telles que la pulvérisation intradomiciliare ou l’optimisation de celles déjà mises en œuvre à l’instar des interventions sous directives communautaires et l’acquisition des MILDA sous FCP pour la campagne des régions (Sud, Centre).

Olive Atangana

Journaliste diplômée de l'École supérieure des sciences et techniques de l'information et de communication (Esstic) au Cameroun. Passionnée et spécialisée des questions de santé publique et épidémiologie. Ambassadrice de la lutte contre le paludisme au Cameroun, pour le compte des médias. Etudiante en master professionnel, sur la Communication en Santé et environnement. Membre de plusieurs associations de Santé et Politique, dont la Fédération mondiale des journalistes scientifiques (WFSJ) et le Club des journalistes politiques du Cameroun (Club Po). Très active sur mes comptes Tweeter et Facebook.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *