Au Centre, Manaouda Malachie et Dr Guy Sandjon.

(Lurgentiste.com)- Quatre mois. C’est le temps qu’il a fallu au Conseil de l’Ordre national des médecins du Cameroun (ONMC) pour constituer et transmettre au ministère de la Santé publique, la liste actualisée des médecins inscrits et celle de ceux à jour de leurs cotisations. La version électronique a été transmise au Pr Louis Richard Njock, secrétaire général du ministère de la Santé publique (Minsanté). C’était le 23 novembre dernier par le Pr Ashuntantang Gloria, vice-présidente du Conseil, d’après sa correspondance dont nous avons eu copie.

Cependant, aucun détail ne filtre encore sur le nombre réel de ces médecins inscrits au tableau de l’Ordre, ni ceux à jour de leurs cotisations. Les membres du bureau approchés n’ont pas souhaité communiquer sur la question. Sur le site internet de cet ordre professionnel, le tableau affiche 10 065 médecins inscrits, en lieu et place du nombre de 10 432 communiquée en avril dernier par le Dr Guy Sandjon, président de l’ONMC. Soit 370 médecins « fantômes ». Pour l’heure, ce que l’on sait c’est qu’à cette liste, le bureau sortant a ajouté en pièce jointe, le compte rendu du secrétariat et du service de comptabilité de l’Ordre sur la situation des doublons et triplons constatés.

En effet, selon le Pr Ashuntantang, en constituant ces listes, il s’est posé « ce problème récemment découvert » de doublons et de triplons « de confrères inscrits il y a 20, 30 voire 50 ans». Ainsi, cette difficulté « a entrainé un retard dans la transmission de la liste des médecins à jour », explique-t-elle. C’est le 25 juillet dernier, que le SG du Minsanté a demandé au président du bureau sortant de lui faire parvenir ces documents « dans l’optique d’organiser une assemblée générale élective extraordinaire ». Elle devait être « cosignée par les autres membres du Conseil de l’Ordre », précisait-il. La correspondance de la Vice-présidente n’indique malheureusement pas si tel a été le cas.

Il faut noter que ce processus avait été présenté par une source interne à l’ONMC impliquée dans la gestion du dossier, comme un « exercice fastidieux » qui « peut prendre minimum trois mois si on travaille de manière fastidieuse ». En réalité, ces listes constituent le corps électoral. Leur élaboration est de ce fait un enjeu capital pour la crédibilité de la compétition électorale qui s’annonce à la tête de l’ONMC. « Ce sera l’élément déclencheur », confiait-on au Minsanté. C’était le principal blocage à la tenue de l’Assemblée générale extraordinaire élective.

Avec ces listes donc, les choses pourraient s’accélérer. Les élections pourraient se tenir dans les prochaines semaines. Entre temps, une réunion préparatoire relative à la tenue de cette AG a eu lieu le 9 novembre dernier au Minsanté. Bien avant ceci, Manaouda Malachie, le ministre de la Santé, a rendu publique en octobre dernier, une décision portant substitution de ce département ministériel au Conseil de l’Ordre, pour l’organisation de ce suffrage très attendu.

Dans le document, il annonçait aussi la création d’une commission électorale chargée de l’organisation de ce processus. Jusqu’ici, aucun nom ne filtre sur ses membres. Une source proche du dossier au Minsanté confie simplement qu’il s’agit « des techniciens sous la présidence du ministre de la santé publique ». Ils seront « maximum une dizaine ».

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here