La mise en service toujours attendue.

(Lurgentiste.com)- Dans la localité de Djoumassi à environ 6 km du centre-ville de Garoua, se trouve l’hôpital de référence.  Le vaste bâtiment en étage peint en blanc et gris est en réalité un pôle de neuroscience. Après sa mise en service, il proposera aux populations des services de neurochirurgie, neurologie et la réhabilitation fonctionnelle. «Tout ce qui concerne les pathologies neurologiques de toute la sous-région seront pris en charge chez nous », explique le Dr Figuim Bello à nos confrères du journal L’œil du Sahel.

Ce sont par exemple, l’Alzheimer, la maladie de Parkinson, les accidents vasculaires cérébraux, la sclérose en plaques, la maladie de Charcot, les tumeurs du cerveau ou maladie, les migraines et l’épilepsie. Ces maladies neurologiques affectent le système nerveux central ou périphérique. Au Cameroun et dans le monde, de nombreuses personnes souffrent de ces troubles. Cerveau, système nerveux, moelle épinière, muscles, tronc cérébral, cervelet, de nombreuses zones du corps peuvent être touchées.

Après donc cinq ans de travaux, l’hôpital de référence de Garoua est «presque» prêt à accueillir ses patients. A en croire ses responsables, les travaux de construction sont entièrement achevés. «Tout ce qui reste c’est de petits détails techniques et également des derniers réglages sur le plan juridique», précise son directeur, le Dr Bello, par ailleurs neurochirurgien. Il dispose entre autres de cinq blocs opératoires, d’une capacité d’accueil de 300 lits, d’un laboratoire de «rivalisant le centre pasteur du Cameroun, annexe de Garoua».

La formation sanitaire publique qui constitue aujourd’hui la fierté de cette partie du pays a été financée par une banque Coréenne avec la participation de l’Etat du Cameroun. Son but est de servir de référence à la sous-région c’est- à-dire l’Extrême-Nord, le Nord et l’Adamaoua mais aussi au Tchad, à la RCA et au Nigeria.

Mais en plus de cette spécialité, « nous aurons d’autres activités connexes dont un service très équipé d’ophtalmologie, d’ORL, d’urologie, de psychiatrie et de dermatologie… Il y a également un pôle de chirurgie spécialisée. Il y sera donc développé la chirurgie digestive, orthopédique, urologique et la chirurgie gynécologique de pointe», vante le Dr Bello. Il faut y ajouter les services de cardiologie, de réanimation, des urgences, d’imagerie médicale complet (disposant de tous les appareils d’IRM, radiologie, mammographie, scanner), déjà équipé.

Aussi, une partie du personnel de l’hôpital de référence de Garoua y a déjà été affecté. «Ils ont d’ailleurs suivi une petite formation en Corée dans le but de répondre efficacement aux attentes mais aussi pour se familiariser aux équipements de pointes qui sont installés dans cet hôpital», indique le Dr Bello. A noter que cet hôpital a été pensé depuis 2010.  La première pierre a été posée en 2017. Ses travaux de construction devaient durer 24 mois.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here