Il sera mis en œuvre pour la période 2020-2024 et vise entre autres, la réduction de 10% de la mortalité due au cancer.

Le 30 juin 2020 était un « grand jour » pour les médecins oncologues particulièrement. Car, il marquait « un tournant décisif de la lutte contre le Cancer et par conséquent les Soins Palliatifs au Cameroun », tel que l’a écrit sur sa page Facebook, le Dr Esther Dina Bell Mbassi, médecin oncologue. C’est qu’au cours d’une réunion à Yaoundé, le Comité national de lutte contre le cancer a vu la validation administrative de son Plan Stratégique National de Prévention et de Lutte contre le Cancer 2020-2024. « C’est une grosse avancée », confie le Dr Atenguena Etienne, oncologue médical à l’hôpital Général de Yaoundé.

Selon ce dernier, ce plan stratégique national est « une boussole qui contient une série d’actions coordonnées », dont l’objectif est d’apporter des soins aux personnes victimes de cancer. « Dans ce plan, nous montrons notre stratégie. La manière dont nous voulons nous organiser pour qu’on puisse gagner la lutte contre le cancer », précise dans les colonnes de Cameroon Tribune, le Pr Paul Ndom, oncologue médical, secrétaire permanent de lutte contre cancer.

En réalité, « Nous menons le combat contre le cancer depuis mais on naviguait à vue. On n’avait pas un programme organisé, encore moins une méthodologie bien ficelée », explique le secrétaire permanent. Depuis le 30 juin dernier donc, ce plan stratégique national a vu le jour. Il sera mis en œuvre pour la période 2020-2024 et vise entre autres, la réduction de 10% de la mortalité due au cancer et l’augmentation de 25% d’ici 2024, des interventions de prévention primaire à travers la communication pour le changement de comportement. « Nous avons rédigé un document qui est en quelque sorte une boussole qui nous conduira vers la victoire », confirme le Pr Paul Ndom.

Espoir

La progression des cas de cancer est inquiétante au Cameroun. Le nombre de nouveaux cas a augmenté de 50% en 10 ans. Selon les données compilées par le Minsanté, le pays est passé de 10 000 à 15 769 nouveaux cas enregistrés en 2018. Dans le classement des types de cancers les plus fréquents, celui du sein arrive en tête avec un taux d’environ 21% de nouveaux cas. Il est suivi par celui du col de l’utérus qui concerne 14,9% des cas diagnostiqués au cours de l’année 2018. Le cancer de la prostate (14,0%) occupe le 3è pallier, tandis que ceux du foie (6,1%) et du colorectal (5,5%) constituent respectivement les 4è et 5è type de cancers les plus fréquents au pays. Aussi, le cancer cause 10 000 décès chaque année au Cameroun.

Les oncologues fondent de ce fait en ce document, de nombreuses attentes. « Grâce à ce Plan stratégique qui sera mis en œuvre, l’espoir se pointe à l’horizon pour la population Camerounaise, des lendemains meilleurs, sans douleur, une meilleure prise en Charge, une prise de conscience de la réalité du cancer et de la nécessité de se lever contre cette Maladie », a indiqué le Dr Dina Bell Mbassi. Ce d’autant plus « Au-delà de la COVID 19, il y a aussi le cancer, cette maladie dont l’incidence et la mortalité reste élevée chez nous », précise cette dernière.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here