VIH. 12 000 personnes tuées au Cameroun en 2021

(Lurgentiste.com)– Le nombre de personnes tuées par le VIH/Sida demeure élevé au Cameroun, quoi qu’en baisse. 12 604 décès ont ainsi été enregistrés en 2021 contre 14 140 en 2020. Soit 1500 décès en moins. Mais de manière générale, le nombre de personnes vivant avec cette maladie est en hausse, tout comme celui de celles qui ont eu accès aux antirétroviraux (ARV). « Le Cameroun est en bonne voie pour le contrôle de l’épidémie », se satisfait Manaouda Malachie, ministre de la Santé publique.

Ce d’autant plus selon les « stigmatisations de la charge de la morbidité du VIH » des Nations unies sur le VIH-Sida (Onusida), le pays enregistre l’un des meilleurs résultats obtenus par les 13 pays du continent bénéficiant des financements du Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme. Ceci, du fait de ses 3157 nouvelles infections en 2021. Ajouté à ceci, les 78 000 tests de dépistage effectués sur le territoire national et les 60 000 personnes touchées par les services de prévention du VIH-Sida.

Malgré ces bons points et la baisse de la prévalence enregistrée depuis quelques années, une nette augmentation de l’incidence reste toujours notifiée dans la tranche de 20 à 40 ans. Plus grave, les femmes et les jeunes filles continuent d’être victimes de la stigmatisation, la discrimination et des violences de toutes natures. « L’urgence de la situation commande une mobilisation soutenue de la chaîne des acteurs et des actions déterminantes, notamment en matière de protection des droits humains des personnes les plus vulnérables : femmes et jeunes filles en particulier », a écrit Chantal Biya, la première dame camerounaise.

C’est dans le cadre de son traditionnel message pour la commémoration de la 35e Journée mondiale de lutte contre le Sida, ce 1er décembre 2022. Une demande qui cadre avec le thème « Poussons pour l’égalité » de cette année, avec pour slogan « Agir ensemble pour mettre fin aux inégalités ». Aussi, les membres de la communauté ont été invités à se mobiliser pour généraliser l’offre de service, la lutte contre les discriminations, l’accroissement du dépistage de prévention afin de parvenir à l’élimination du Sida en 2030.

Olive Atangana

Journaliste diplômée de l'École supérieure des sciences et techniques de l'information et de communication (Esstic) au Cameroun. Passionnée et spécialisée des questions de santé publique et épidémiologie. Ambassadrice de la lutte contre le paludisme au Cameroun, pour le compte des médias. Etudiante en master professionnel, sur la Communication en Santé et environnement. Membre de plusieurs associations de Santé et Politique, dont la Fédération mondiale des journalistes scientifiques (WFSJ) et le Club des journalistes politiques du Cameroun (Club Po). Très active sur mes comptes Tweeter et Facebook.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *