Le Cameroun est orphelin de son secrétaire d’Etat auprès du ministère de la Santé publique chargé de la lutte contre les épidémies et pandémies. Alim Hayatou a tiré sa révérence ce 5 avril 2021 à Yaoundé, de suite de maladie. De sources médicales, il a été interné à l’hôpital général de la capitale politique hier 4 avril et mis sous assistance respiratoire.

Il était âgé de 75 ans. Originaire de la région du Nord, ce haut commis de l’Etat était inspecteur du Trésor de formation. Ce fils de la grande famille Hayatou, l’une des plus influentes familles du Cameroun, était diplômé de l’école nationale du Trésor de France en 1971. Il a intégré le gouvernement le 19 septembre 1996 et a passé l’essentiel de sa carrière administrative à ce poste au Minsanté. « C’était un homme charismatique, qui écoutait religieusement tout le monde, sans marquer la moindre impatience », se souvient un ressortissant du Grand-Nord.

Alim Hayatou était aussi et surtout « Un homme gentil »; « Humble, soucieux de sa communauté »; « Un grand homme, sobre, humain », témoignent des médecins un médecin. Effacé, il se caractérisait en outre par « l’écoute attentive, la réactivité, la prise en compte de toute la diversité du Cameroun dans la prise des décisions à son niveau », lui rend hommage un autre médecin en service l’administration Centrale. Maillon essentiel du dispositif de riposte contre les épidémies, l’ex numéro 2 du Minsanté, il s’est illustré ces derniers mois dans la lutte contre le coronavirus. D’ailleurs, sa dernière apparition publique remonte au 25 mars dernier, lors de  la remise d’un don de matériel destiné à renforcer l’accès au diagnostic contre le Covid-19, offert au Laboratoire national de santé publique.

Avec le Minsanté le 25 mars 2021.

Ce cacique du Rdpc était aussi chef traditionnel. Alim Hayatou a en effet été jusqu’à son décès ce matin, lamido du grand Lamidat de Garoua. Poste qu’il occupait depuis 2000. A Garoua justement, « Il règne un climat trop triste. On a l’impression que c’est un jour férié. Tout est à l’arrêt, les rues sont désertes. On ressent un vide », confie un médecin en service dans la région. Il était aussi le Président de l’Association des chefs traditionnels du Cameroun.

Alim Hayatou qui « a servi le Cameroun avec fidélité, dévouement et loyauté en tant que membre du gouvernement », tel l’a indiqué le premier ministre Joseph Dion Ngute, est le 2e haut commis de l’Etat qui décède en fonction depuis le début de l’année 2021. Avant lui, c’est Adoum Gargoum, ministre délégué auprès du ministre des Relations Extérieures en charge du monde Islamique, ressortissant de la partie septentrionale qui est décédé il y a tout juste un mois.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here