« Je quitte physiquement Hgopy mais sur le plan du travail, je reste solidaire en tant que personnel de santé ».

Une cérémonie d’au revoir a été rendu à celui qui quitte ses fonctions au sein de cette structure sanitaire pour ses nouvelles responsabilités de président du Conseil régional du Nord-Ouest.

« L’homme trois fois fort » tel que l’appelaient affectueusement son personnel, s’en va vers de nouvelles responsabilités. Celles de président du Conseil régional du Nord-Ouest précisément. Une cérémonie d’aurevoir lui a été rendu le 15 janvier dernier à Yaoundé par le personnel de l’hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé (Hgopy). Ce jour-là donc, le Pr Angwafo III Fru Fobushi a communié pour la dernière fois avec ses désormais ex-collaborateurs.

Ceux-ci ont rendu un vibrant hommage à ce haut commis de l’Etat ayant dirigé cet hôpital pendant 9 ans. Au cours de cette cérémonie, l’ancien secrétaire général du ministère de la Santé publique a été honoré pour son humanisme, son humilité, son hospitalité. « Je garde de vous le souvenir d’un père, d’un homme accueillant, affable, aimable, riche d’enseignements et calme », a relevé le Dr Charles Nsom Mba, directeur général adjoint.

Etat de service

Des discours qui se sont succédés au pupitre (représentant du personnel, directeur général adjoint, représentante de la 20e mission médicale chinoise, président du Conseil d’administration), il lui a été reconnu depuis sa prise de service en 2012, d’avoir remis redonné une santé financière de poids à Hgopy et rétabli le paiement régulier des salaires du personnel. Grace à lui aussi, le paiement régulier et à une période fixe des quotes-parts est désormais effectif.

La construction et l’équipement de la centrale à gaz, du bâtiment abritant le laboratoire, de celui abritant le scanner, le centre de nutrition, un plateau technique adéquat, la signature des partenariats avec des organismes visant à résoudre les problèmes des personnes indigentes, sont aussi entre autres, à mettre à l’actif de ses états de service.

Plan de redressement

Pourtant, « Nous avons récupéré une institution confrontée à un endettement structurel chronique, avec de nombreux équipements et locaux vétustes. Aucun plan d’amortissement de la dette n’avait été mis en place et les dépenses non compressibles telles que les salaires et avantages des personnels étaient très élevés », a déclaré l’urologue dans l’un de ses bilans.

Alors, « Soucieux de faire avancer les choses tout en privilégiant la communication pour maintenir un climat social apaisé, et obtenir l’adhésion de l’ensemble du personnel, nous avons décidé de conserver les acquis salariaux et de lancer sur nos propres fonds un système de financement basé sur la performance (PBF en anglais) sous le regard sceptique de l’expert de la Banque mondiale », a-t-il expliqué.

Résultats

Et donc, « Les résultats n’ont pas tardé à se faire sentir. Nous avons constaté une hausse des recettes et de la fréquentation. L’offre de soins s’est améliorée et les dépenses ont été maîtrisées. Les services ont par ailleurs réalisé des progrès considérables pour évaluer leur performance, grâce à l’adhésion du personnel », s’était-il réjoui. Selon le Pr, « Notre expérience illustre la nécessité de laisser plus de marge de manœuvre administrative et d’autonomie financière aux établissements hospitaliers. Car c’est de cette manière que nous parviendront à les rendre plus performants vis-à-vis des patients et viables économiquement ».

En novembre 2018, il a été élevé au rang de commandeur de l’ordre de la valeur. Une distinction et reconnaissance qui venait s’ajouter à deux autres étoiles du Pr Angwafo III. En fait, c’était son travail managérial à la tête de cette structure qui était reconnu. « Je quitte physiquement Hgopy mais sur le plan du travail, je reste solidaire en tant que personnel de santé », a-t-il conclu.

Nouvelle page

L’originaire du département de la Mezam dans la région du Nord-Ouest entame ainsi une nouvelle page. Fils du Fon Angwafo III de Mankon, le premier village constituant Bamenda, ce médecin fait partie de l’une des prestigieuses familles proches du pouvoir. Son père a été vice-président du parti au pouvoir depuis les années 1990. Il est d’ailleurs de l’élite anglophone qui a joué un rôle prépondérant pour faire basculer le rapport de force entre le Rdpc et le SDF et reste l’une des personnalités du Nord-Ouest dont la voix compte au sein du parti au pouvoir.

Malgré tout, de sources crédibles, son fils fait face à une opposition farouche au sein de son propre parti. Ses camarades l’accusent non seulement d’ignorer les réalités de la région du Nord-Ouest, mais aussi d’appartenir à un département ayant déjà plusieurs élites qui occupent des postes de responsabilités au sein de l’administration. Ce sont par exemple Awa Fonka Augustine (gouverneur de la région de l’Ouest), John Fru Ndi (Président du SDF), Paul Atanga Nji (Minat) et Simon Achidi Achu (sénateur de la première mandature 2013-2018 ; ancien premier ministre et membre du bureau politique du Rdpc).

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here