La question de l’acquisition d’un vaccin contre le Covid-19 au Cameroun agite les pro et les anti vaccins. Pour les premiers, la vaccination au moyen du sérum AstraZeneca est la meilleure option dont dispose le pays pour limiter la chaine de contamination communautaire et réduire les décès. La 2e frange elle, argue que pour l’heure, non seulement les données disponibles sur les vaccins ne permettent pas de garantir la limitation de la transmission du Covid-19 par la vaccination, mais aussi et surtout, le profil épidémiologique (seulement 42 286 cas positifs et 633 décès enregistrés selon les derniers chiffres officiels, des taux de létalité et sévérité respectivement de 1,5% et 2%) du Cameroun ne justifie pas l’usage d’un vaccin pour le moment.

Dans cette mouvance et face au silence du gouvernement, l’Association des journalistes scientifiques et communicateurs pour la promotion de la Santé (AJC-Prosanté) est entrée en scène. Dans des propositions présentées à la presse hier à Yaoundé, elle « invite le gouvernement à prendre les dispositions nécessaires pour acquérir un vaccin de qualité, sûr, efficace, répondant le mieux possible au contexte épidémiologique du Cameroun ». Ceci, en raison de ce que la vaccination est considérée comme un moyen supplémentaire de lutte contre cette pandémie mondiale.

C’est l’une des recommandations phares de cette association formulées au gouvernement hier 17 mars 2021. En effet, réuni en session extraordinaire, ce regroupement de professionnels des médias et de la Communication a « analysé avec minutie », la situation épidémiologique du pays entre décembre 2020 et mars 2021. C’est à l’issue de cette rencontre que les six propositions au gouvernement présentées à la presse hier ont été formulées. Il s’agit entre autres, d’intégrer les produits issus de la Médecine Traditionnelle dans la prise en charge du Covid-19 ; d’accentuer la promotion de la pharmacopée traditionnelle dans la prise en charge des malades infectés à ce virus mortel et apporter un appui financier aux promoteurs des solutions endogènes.

Par ailleurs, l’AJC-Prosanté interpelle le Parlement, le Gouvernement et le Chef de l’Etat Paul Biya, pour l’adoption et la promulgation d’une Loi sur la Médecine Traditionnelle au Cameroun ; et d’apporter un financement aux médias à capitaux privés dans le cadre de la sensibilisation des populations pour le respect des mesures barrières et de distanciation sociale pour freiner la propagation du Covid-19 dans les communautés. La nécessité de faire respecter « par tous les moyens possibles certaines mesures barrières et de distanciation sociale » prises le 17 mars et le 09 Avril 2020 n’est pas en reste.

Cette association n’a pas manqué de saluer le dévouement des personnels de santé impliqués dans cette lutte et grâce auxquels « de nombreuses vies ont pu être sauvées et continuent de l’être ». En rappel, le Cameroun est le 10e pays d’Afrique qui enregistre le plus grand nombre de cas positifs. Selon les derniers chiffres officiels, le pays totalise 42 286 cas confirmés et 633 décès.

 

 

Extrait de la déclaration de l’AJC-PROSANTE

Au moment où l’on constate comme partout ailleurs une deuxième vague de l’épidémie, couplée à l’apparition de nouvelles souches du virus plus contagieuse, l’AJC-PROSANTE :

-Appelle de nouveau la population à une auto-discipline mais surtout, au port systématique du masque, au lavage régulier des mains et à faire appel à un médecin ou à tout autre personnel de santé au cas où des symptômes apparaissent ;

-Renouvelle son engagement à travailler avec le Gouvernement pour la sensibilisation des populations dans les 10 (dix) régions du Cameroun pour le respecter des mesures barrières, de distanciation sociale, de prise en charge pour freiner la propagation de la pandémie de la Covid-19 au Cameroun ;

-Réaffirme son engagement à promouvoir la santé au Cameroun et à lutter contre le Covid-19. Ceci, conformément au discours à la Nation du Chef de l’Etat le 19 mai 2020. « J’en appelle à une sorte d’«union sacrée » de toutes les forces vives de la Nation pour combattre la pandémie du Coronavirus. […] J’encourage également tous les efforts visant à mettre au point un traitement endogène du COVID-19. Consacrons toutes nos énergies à la lutte contre cet ennemi commun. », dixit Paul Biya.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here