(L’urgentiste.com)- 30 000 FCFA. Tel est le «taux forfaitaire» que devront désormais débourser les Camerounais pour les tests de dépistage PCR contre le Covid-19. C’est une note de Ferdinand Ngoh Ngoh, secrétaire général de la Présidence de la République (SGPR) datée du 4 avril 2022, qui l’instruit à Séraphin Magloire Fouda, ministre Secrétaire général des Services du Premier ministre. Cette décision du gouvernement fait suite «à la persistance du Covid-19 et aux contraintes budgétaires qui en découlent», précise le SGPR. Ferdinand Ngoh Ngoh demande donc à Seraphin Magloire Fouda de définir, en concertation avec le ministère de la Santé publique et celui des Finances, «un mécanisme sécurisé de paiement des frais y afférents».

Cette décision ne surprend pas pour plusieurs raisons. D’abord, entre mai 2020 et janvier 2021, l’État du Cameroun a dépensé 24 milliards de FCFA pour l’achat des tests de dépistage auprès de l’entreprise Mediline Medical SA. D’après celle-ci, l’État lui devait même encore 19 milliards de FCFA pour l’achat de d’autres tests de dépistage. Ensuite, le 3 avril dernier, Manaouda Malachie a été interpellé par les députés à l’Assemblée nationale, sur les raisons pour lesquelles les contribuables continuent de payer ces tests de dépistage en lieu et place des voyageurs. «Effectivement, ça commence à peser sur le trésor public», a reconnu le Minsanté. Et ce dernier de poursuivre : «Si quelqu’un peut payer un billet d’avion, il peut également payer un test Covid».

Enfin, la question de la fin de la gratuité des tests PCR en faveur des voyageurs qui entrent et sortent du Cameroun a fait l’objet d’un houleux débat en janvier 2021. Dans son communiqué radio presse du 16 décembre 2020, Manaouda Malachie avait annoncé la signature de la convention de délégation de services de dépistage notamment à l’entreprise Meditest SA. Le coût avait été évalué à 60 000 FCFA pour les voyageurs sortant du pays et 30 000 FCFA pour ceux qui entraient. Deux sites avaient d’ailleurs été communiqués dans les villes de Yaoundé (Bastos) et Douala (Bonapriso). Au regard de la polémique qu’elle avait suscitée, la décision a été abandonnée.

Mais, certains laboratoires ont été autorisés à effectuer des tests PCR pour les voyageurs. «Ils sont nécessairement payants là-bas. Nous n’avons pas homologué un prix là-bas. Nous pensons qu’à l’exemple de ce qui se fait dans d’autres pays, on aura une réponse par rapport à cela», a fait savoir le Minsanté aux députés. Cette réponse vient donc de tomber à travers la correspondance du SGPR.

Pour une frange de l’opinion publique, cette décision est à saluer. Au-delà du fait que la gratuité des tests était devenue financièrement pesante pour les caisses de l’État, l’achat desdits tests a souvent fait l’objet de surfacturation. Selon le rapport de la Chambre des comptes de la Cour suprême, l’État du Cameroun a été délesté de 15 milliards de FCFA en 2020 dans le cadre des marchés de fourniture des tests accordé à la société Mediline Medical du milliardaire Mohamadou Dabo.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here