(L’urgentiste.com)- Le ministre de la Santé publique a été interpellé hier 4 avril 2022 sur l’allègement des mesures barrières contre le Covid-19 au Cameroun. « Nous avons effectivement soumis à monsieur le premiers ministre chef du gouvernement des propositions d’allègement de certaines mesures », a fait savoir Manaouda Malachie. S’il n’est pas allé dans le détail des mesures qu’il a souhaité voir alléger, Manaouda Malachie a indiqué que l’une d’elle concerne le port du masque à l’extérieur. « Peut-être ne pas nous dispenser lorsque nous sommes dans des endroits clos du port systématique du masque, mais au moins quand on est en extérieur on pourrait ne plus en avoir besoin », a-t-il poursuivi dans ses explications.

Et l’autorité tutélaire de la santé au Cameroun d’ajouter que « Ce sont des propositions qui ont été faites et nous attendons que les réponses nous soient apportées ». Le membre du gouvernement a cependant tenu à préciser que « nous ne sommes pas à la fin du covid ». Il en veut pour preuve, la découverte en Chine d’un sous-variant du variant Omicron il y a quelques jours. Même si le ministre reconnaît que les contaminations de ce variant « n’impliquent pas des hospitalisations et des décès », il souligne néanmoins que la vigilance reste de mise.

Surtout qu’au Cameroun, le taux de couverture vaccinale reste faible. « Nous sommes encore à 10 % de couverture vaccinale des personnes cibles », contrairement à d’autres pays comme la France qui eux, « ont un bon taux de couverture vaccinale », explique Manaouda Malachie. En rappel, après la découverte des premiers cas au Cameroun le 6 mars 2020, les 13 mesures barrières contre le Covid-19 ont été décrétées par le Président de la République Paul Biya et édictées par le Premier ministre, chef du gouvernement.

Ces mesures comprenaient notamment le port systématique du masque, la limitation à 50 personnes dans les manifestations publiques ou encore la réduction des élèves dans les salles de classe et le retour du système de mi-temps dans les enseignements. Avançant l’argument économique, elles ont été allégées quelques semaines après. Et même si la plupart de ces mesures ne sont plus respectées par tous, notamment le port du masque, elles n’ont jamais été officiellement levées.

 

Encadré

Les 13 mesures du gouvernement entrées en vigueur le mercredi 18 mars 2020

  • Les frontières terrestres, aériennes et maritimes du Cameroun seront fermées : tous les vols passagers en provenance de l’étranger sont suspendus, à l’exception des vols cargos et des navires transportant les produits de consommation courante ainsi que les biens et matériels essentiels, dont les temps d’escale seront limités et encadrés ; les camerounais désireux de retourner dans leur pays devront prendre l’attache de nos différentes représentations diplomatiques ;
  •  La délivrance des visas d’entrée au Cameroun aux différents aéroports est suspendue ;
  • tous les  établissements publics et privés de formation relevant des différents ordres d’enseignement, de la maternelle au supérieur, y compris les centres de formation professionnelle et les grandes écoles seront fermés ;
  • Les rassemblements de plus de cinquante (50) personnes sont interdits sur toute l’étendue du territoire national ;
  • Les compétitions scolaires et universitaires sont reportées, à l’instar des jeux FENASSCO et des jeux universitaires ;
  • Les débits de boissons, les restaurants et les lieux de loisirs seront systématiquement fermés à partir de 18 heures, sous le contrôle des autorités administratives ;
  • Un système de régulation des flux des consommateurs sera instauré dans les marchés et les centres commerciaux ;
  • Les déplacements urbains et interurbains ne devront s’effectuer qu’en cas d’extrême nécessité ;
  • Les conducteurs de bus, de taxis et de mototaxis sont invités à éviter des surcharges dans les transports publics : les forces de maintien de l’ordre y veilleront particulièrement ;
  • Les formations sanitaires privées, les hôtels et autres lieux d’hébergement, les véhicules ainsi que les équipements spécifiques nécessaires à la mise en œuvre du plan de riposte contre la pandémie du COVID-19 au Cameroun pourront être réquisitionnées en tant que de besoin, à la diligence des autorités compétentes ;
  • Les administrations publiques devront privilégier les moyens de communications électroniques et les outils numériques pour les réunions susceptibles de regrouper plus de dix (10) personnes ;
  • Les missions à l’étranger des membres du Gouvernement et des agents du secteur public et parapublic sont suspendues ;
  • Les populations sont invitées à observer strictement les mesures d’hygiène recommandées par l’Organisation Mondiale de la Santé, à savoir notamment se laver régulièrement les mains au savon, éviter des contacts rapprochés tels que se serrer les mains ou s’embrasser, se couvrir la bouche pour éternuer.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here