(Lurgentiste.com)- Une dizaine de cas de choléra ont été confirmés dans les régions du Centre et du Sud-Ouest entre le 27 et le 30 octobre 2021. Les Districts de Santé (DS) de Biyem-Assi (Yaoundé) et Ekondo Titi (Buea) sont ainsi touchés. Ici, au 1er novembre, 4 décès communautaires ont déjà été enregistrés et 23 cas notifiés. Sur les 4 cas de choléra signalés à Bamusso le 27 octobre, deux échantillons sont revenus positifs après des tests effectués à l’hôpital Laquintinie de Douala. Ces échantillons ont été prélevés sur des pêcheurs de 36 et 23 ans résidant dans le quartier de Kesse, à Bamusso, précise le rapport de situation de la délégation régionale de la Santé publique pour le Sud-Ouest. Ce document indique que 3 décès suspects de choléra ont été notifiés tout comme des cas suspects signalés à Jabane et Kombo Itindi, à l’hôpital de District de Bakassi.

D’ores et déjà, une réunion de plaidoyer avec les partenaires a eu lieu le 30 octobre 2021 et une surveillance renforcée dans les districts voisins (Mundemba, Limbe, Mbonge et Tiko qui ont des échanges quotidiens avec Bakassi) a été instaurée. Des formations sur la prévention et le traitement du choléra sont prévues dans les semaines à venir dans ces districts. Un système de gestion des incidents a été activé pour renforcer l’équipe du DS afin de répondre à cette épidémie. Entre temps, une équipe régionale dirigée par le Dr Agwe (coordinateur du CERPLE) a été dépêchée à Bamusso, pour enquêter sur l’épidémie, établir le lien épidémiologique, rechercher les contacts et renforcer la surveillance communautaire.

Il est également prévu la mise en place d’une unité de traitement du choléra (UTC) pour la gestion des cas selon le protocole. Par ailleurs, la délégation régionale signale que ce DS a besoin de lits pour le choléra et de ses accessoires, du matériel de lutte contre cette maladie hydrique hautement contagieuse, du transport urgent du matériel de réponse de la délégation régionale à Bamusso, en passant par Idenau. Le manque de ressources financières, matérielles et humaines reste l’un des défis majeurs de riposte. A Yaoundé, une réunion de crise s’est tenue le 31 octobre. Pour l’heure, rien ne filtre de celle-ci.

1890 cas notifiés en 2020

En mars 2021, une épidémie de cette maladie hydrique hautement contagieuse mortelle et un décès communautaire ont été enregistrés dans la ville de Douala. Plusieurs districts de santé avaient ainsi été touchés. Notamment, ceux de Manoka dans l’arrondissement de Douala 6e; New-Bell (Douala 2e) et Mbanguè (Douala 5e). En cause de cette résurgence, les conditions d’hygiène et de salubrité dans les communautés et le retour des pluies, avait alors expliqué le Dr Hans Moussi, coordonnateur régional de la lutte contre les épidémies dans le Littoral.

En effet, au Cameroun, l’accès à l’eau potable en continu, l’absence de toilettes et de latrines à l’usage de la communauté, les questions culturelles autour de l’utilisation des toilettes/latrines, la manipulation des cadavres, le peu d’hygiène et salubrité dans certaines communautés principalement restent parmi les facteurs de risques les plus importants de résurgence du choléra. Pour ce cas, la délégation régionale de la santé pour le Sud-Ouest dénonce aussi « une population nigériane prédominante qui renvoie les personnes malades au Nigeria plutôt que de se faire soigner dans le centre de santé en raison de la superstition ».

A noter que selon les derniers chiffres officiels du Bulletin épidémiologique du Cameroun (BEC), 1890 cas de choléra ont été notifiés en 2020, 65 confirmés et 80 décès enregistrés, pour un taux de létalité de 4,2%. 18 DS ont été affectés dans 4 régions du Pays. Ce sont celles du Centre, Littoral, Sud et Sud-Ouest. D’autres régions comme le Nord, ont notifié des cas en 2019. Pour éviter le choléra, il faut entre autres se laver les mains avant toute manipulation des aliments, assainir le milieu de vie, entretenir l’hygiène et salubrité dans l’environnement, s’assurer de la potabilisation de l’eau de boisson.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here