Cataracte. 50 000 nouvelles personnes ont besoin d’une opération par an au Cameroun

(Lurgentiste.com)– Des maladies qui causent la cécité au Cameroun, la cataracte occupe le peloton de tête d’après le Programme national de lutte contre la cécité. C’est un vieillissement du cristallin entrainant une vision floue, brouillée et voilée, « qui se soigne », rassure le Pr Bella Assumpta, Coordonnateur dudit Programme. Chaque année au pays, environ 50 mille nouvelles personnes ont besoin d’une opération de la cataracte, informent les responsables de Magrabi-ico Eyes Institute (MICEI).

« A cela s’ajoutent les 150 000 qui existent déjà », précise Henry Nkumbe, directeur médical au MICEI. En fait, « Les interventions de cataracte sont parmi les plus qui sont réalisées au monde et elles sont coûts-efficaces. C’est pratiquement une opération miracle. Ce n’est pas très chère, bien que ce soit encore au-dessus des moyens de certaines personnes mais c’est vraiment accessibles», a indiqué sur les ondes de la radio nationale, le Pr Bella Assumpta.

Au Cameroun, d’autres maladies de la vue existent. Au rang de celles-ci, « le glaucome, qui est une maladie du nerf optique qui rend aveugle et malheureusement, c’est une cécité irréversible », explique le Pr Assumpta. Selon les statistiques de MICEI révélées en mars dernier, 280 mille personnes environ souffrent du glaucome en terres camerounaises ou sont à risque de le contracter. C’est une affection oculaire présentée comme la première cause de cécité irréversible dans le monde, après la cataracte.

5% de la population au Cameroun ont le glaucome.  « Nous appelons les personnes à se faire dépister », recommande le Coordonnateur du Programme national de lutte contre la cécité. D’où le thème « Love your Eyes » de cette année, pour attirer l’attention sur la santé oculaire en tant que problème mondial. Ceci, au moment où s’est célébrée hier, la journée mondiale de la vue. « La plupart des maladies qui entrainent la cécité peuvent être dépisté, prévenues, guéries pratiquement à 50% », rassure le Pr Bella Assumpta.

Non sans insister sur le fait qu’en 22 ans, « l’Etat du Cameroun a fait de grosses avancées » sur le plan du plateau technique et du développement des ressources humaines, avec des médecins spécialistes, infirmiers spécialisés et opticiens réfractionnistes disponibles dans les 10 régions du pays, et du plateau technique.

Olive Atangana

Journaliste diplômée de l'École supérieure des sciences et techniques de l'information et de communication (Esstic) au Cameroun. Passionnée et spécialisée des questions de santé publique et épidémiologie. Ambassadrice de la lutte contre le paludisme au Cameroun, pour le compte des médias. Etudiante en master professionnel, sur la Communication en Santé et environnement. Membre de plusieurs associations de Santé et Politique, dont la Fédération mondiale des journalistes scientifiques (WFSJ) et le Club des journalistes politiques du Cameroun (Club Po). Très active sur mes comptes Tweeter et Facebook.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *