Cameroun. Les nutritionnistes veulent plus d’implication dans la prise en charge des malades

(Lurgentiste.com)– L’alimentation joue un rôle « clé » dans la prise en charge des patients. Notamment, en ce qui concerne les maladies telles que le diabète, l’hypertension artérielle, le cancer, l’anémie, l’obésité et l’insuffisance rénale. Ce qui fait que « Le nutritionniste a sa place quel que soit la prose en charge des patients en milieu hospitalier », insiste Valérie Ngakam, nutritionniste. Malheureusement, très peu de professionnels de la santé en ont conscience.  Résultat, l’implication des nutritionnistes et diététiciens n’est pas systématique dans la prise en charge des patients.

D’où le plaidoyer de l’Association des nutritionnistes professionnels du Cameroun (ANPC) lors de la tenue à Yaoundé le 22 juillet dernier, de leur Assemblée générale ordinaire. « Nous faisons le plaidoyer pour que le nutritionniste soit impliqué, pris en considération dans la prise en charge des patients, respecté pour la place qu’il devrait occuper », précise Valérie Ngakam, par ailleurs Assistante Plaidoyer et Communication digitale au sein de l’ANPC. Au cours de cette rencontre, il a été question de présenter le bilan des activités menées depuis la création de l’association en 2018 et de se projeter, tout en déterminant les grandes résolutions.

Au rang de celles-ci, « continuer à accompagner les formations sanitaires sur l’importance de la nutrition, aller vers les populations et les éduquer sur l’impact de la nutrition et comment ça peut impacter le développement de l’adulte de demain », liste cette dernière. L’association qui compte 130 membres s’est aussi réjoui de ce que leur plaidoyer en faveur du recrutement des nutritionnistes au ministère de la Santé publique (Minsanté) ait été entendu par le Président de la République. « Dans les prochains jours, les nutritionnistes pourront être au service des populations dans la prise en charge, la prévention des maladies liées à l’alimentation, des maladies évitables par l’alimentation», précise-t-elle. Non sans cacher sa joie.

Cependant, « On attend plus que la promulgation de la création du corps des nutritionnistes et des diététiciens du Cameroun », fait savoir Valérie Ngakam. En attendant, elle a prescrit l’ordonnance d’une bonne alimentation pour une meilleure santé. « On doit donc prendre 5 fruits et légumes par jour ; consommer deux fois les aliments laitiers ; on doit manger 5 portions de féculents par jour ; 4-5 portions de groupe viande-poisson-œuf par jour ». En conclusion, « il faut pouvoir respecter cette base de ce qu’on appelle le bon plat ; le plat équilibré. Et on doit pouvoir s’hydrater avec un minimum de 2L d’eau par jour. Chaque personne devrait faire l’effort d’effectuer 30mn d’activité physique par jour ».

Olive Atangana

Journaliste diplômée de l'École supérieure des sciences et techniques de l'information et de communication (Esstic) au Cameroun. Passionnée et spécialisée des questions de santé publique et épidémiologie. Ambassadrice de la lutte contre le paludisme au Cameroun, pour le compte des médias. Etudiante en master professionnel, sur la Communication en Santé et environnement. Membre de plusieurs associations de Santé et Politique, dont la Fédération mondiale des journalistes scientifiques (WFSJ) et le Club des journalistes politiques du Cameroun (Club Po). Très active sur mes comptes Tweeter et Facebook.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *