Le Minsanté face à la presse hier à Yaoundé.

Seulement deux décès enregistrés en sept jour d’après la situation épidémiologique du 14 juillet 2021.

La pandémie de Covid-19 est maitrisée au Cameroun. C’est du moins ce qu’atteste la situation épidémiologique du pays présentée hier par les autorités sanitaires. En effet, après une 2e vague plus meurtrière entre mars et avril 2021, les chiffres sont relativement à la baisse depuis quelques semaines. Par exemple en sept jours, seulement deux décès ont été enregistrés. Le cumul des personnes décédées depuis mars 2020 est de 1332, pour 81 mille 871 cas confirmés. Au 14 juillet 2021, 235 cas sont actifs (contre 312 au 7 juillet), 17 internés dans les formations sanitaires (contre 44 il y’a 7 jours) et quatre sous oxygène.

Le taux de sévérité est évalué à 0,2% (contre 1,6% le 7 juillet) tandis que celui d’occupation des lits est de 0, 5% (1,3% il y’a une semaine) et de létalité lui, de 1,6%. Un chiffre d’ailleurs « moins élevé que les moyennes mondiale et africaine », a précisé Manaouda Malachie, ministre de la Santé publique. C’était au cours du point de presse en rapport avec l’évaluation de la riposte au Covid-19 au Cameroun organisé hier dans son département ministériel. Cette situation relativement stable arrive au moment où la campagne intensive de vaccination lancée le 7 juillet dernier s’achève ce jour.

En 9 jours, plus de 250 mille personnes ont donc été injectées, pour une couverture vaccinale de 28% au 14 juillet. L’objectif de départ était d’atteindre 200 mille personnes en 5 jours (du 7 au 11 juillet). La campagne a donc été prorogée jusqu’à ce jour. Ainsi, « Sur la base de la remontée des données de terrain », « les demandes de vaccination affluent de partout dans certaines régions. En ce moment, nous sommes surpris par le rythme d’absorption du vaccin par certaines régions, notamment celles de l’Extrême-Nord, de l’Est, de l’Adamaoua, du Nord et du Sud », s’est réjoui Manaouda Malachie.

Entre temps, le Programme élargi de vaccination (PEV) annonce l’arrivée de 65 000 doses du vaccin Johnson & Johnson. Il sera administré à dose unique. De plus, des doses supplémentaires de Sinopharm et Spoutnik ont été commandées. « La première cargaison est prévue au plus tard au début du mois d’août prochain », a indiqué le Minsanté. Néanmoins, le Cameroun n’est pas à l’abri d’une 3e vague du virus mortel. C’est que, « Les chiffres baissent mais nous avons peur. Entre novembre et décembre, l’épidémie peut reprendre de plus belle et le niveau de risque pour la population va s’accroitre en fin d’année», prévient l’un des acteurs impliqués dans la riposte gouvernemental.

D’ailleurs, les autorités sanitaires prédisent son arrivée « dès novembre » prochain au Cameroun tel que l’a indiqué le ministre de la Santé publique le 12 juillet dernier. « Nous continuons à mettre la pression pour que nous ne relâchions pas comme la dernière fois, que nous continuons à respecter les mesures barrières. Mais davantage que nous allions vers la vaccination qui est un moyen sûr pour nous de pouvoir résister mieux à une éventuelle troisième vague que nous ne souhaitons pas, mais qui risque d’arriver au Cameroun », a déclaré Manaouda Malachie à la radio publique.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here