Cameroun. L’épidémie de rougeole sévit dans 100 districts de santé avec 18 décès enregistrés

(Lurgentiste.com)– Sur les 200 Districts de Santé (DS) que compte le Cameroun, 100 sont déjà en épidémie « active » de rougeole, pour 4 décès. Soit 50%. Selon les chiffres officiels, avec 4677 cas notifiés et 18 décès enregistrés depuis 2020, le ministère de la santé publique (Minsanté) avoue que « La situation épidémiologique de la rougeole commence à inquiéter ».

En effet, on note une évolution de la maladie au Cameroun depuis trois ans. En 2020, 80 DS ont notifié des cas. En 2021, 34 ont été en « épidémie confirmée » tandis qu’en 2022, 78 l’ont été. En cause, des couvertures vaccinales insuffisantes depuis quelques années, le nombre croissant des enfants non vaccinés due en partie à l’hésitation vaccinale « amplifiée par la Covid-19 ».

Pour essayer de contenir l’épidémie, une campagne nationale de vaccination contre cette maladie et la rubéole sera organisée du 28 juin au 02 juillet 2023. Au cours de cette opération, les enfants de 09 mois à 5 ans seront injectés dans les hôpitaux et tous les lieux de regroupement. « Y compris les localités d’accès difficiles, les camps de réfugiés, les campements de nomades », précise la cellule de communication du Minsanté.

En rappel, la rougeole est une maladie virale grave très contagieuse qui se manifeste par des éruptions cutanées, des yeux larmoyants, la fièvre. « Même si la rubéole et la rougeole ont des symptômes similaires, aucun traitement n’est actuellement disponible. Le seul moyen de prévention est la vaccination », insiste le Minsanté.

Olive Atangana

Journaliste diplômée de l'École supérieure des sciences et techniques de l'information et de communication (Esstic) au Cameroun. Passionnée et spécialisée des questions de santé publique et épidémiologie. Ambassadrice de la lutte contre le paludisme au Cameroun, pour le compte des médias. Etudiante en master professionnel, sur la Communication en Santé et environnement. Membre de plusieurs associations de Santé et Politique, dont la Fédération mondiale des journalistes scientifiques (WFSJ) et le Club des journalistes politiques du Cameroun (Club Po). Très active sur mes comptes Tweeter et Facebook.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *