Cette cagnotte passe ainsi de 150 à 200 milliards de FCFA.

Le Fonds spécial de solidarité nationale pour la lutte contre le Coronavirus et ses répercussions économiques et sociales vient d’être renfloué. Il passe de 150 à 200 milliards de Fcfa à la faveur de l’ordonnance signée par le chef de l’Etat le 7 juin 2021, modifiant et complétant certaines dispositions de la loi de finances du 17 décembre 2020 pour l’exercice 2021. Soit une augmentation de 50 milliards (plus de 33%) par rapport à l’enveloppe de 2020.

Clé de répartition

Financé aussi bien par les contributions des partenaires au développement que des personnes physiques et morales, ce fonds est structuré autour de quatre composantes. Notamment la résilience sociale (15 milliards de Fcfa), la résilience économique et financière (10 milliards de Fcfa), le renforcement de la recherche et de l’innovation (5 milliards de Fcfa) et le renforcement du système de santé. Ce dernier volet dévolu au ministère de la Santé publique (Minsanté) bénéfice désormais d’une dotation de 170 milliards de Fcfa.

Selon l’ordonnance qui sera soumise et probablement adoptée par le Parlement au cours de la session ordinaire qui s’est ouverte le 8 juin, le budget 2021 de l’État passe de 4 865,2 milliards de FCFA à 5 480,4 milliards Fcfa. Soit une hausse de plus de 614 milliards de Fcfa. A noter que l’enveloppe budgétaire du Minsanté n’a pas connu un réajustement. Elle de 197 milliards 121 millions de Fcfa. Soit 84 milliards 197 millions pour le fonctionnement (contre 104 milliards 769 millions en 2020) et 112 milliards 924 millions (105 millions 882 millions en 2020) pour l’investissement.

Covidgate

La nouvelle ordonnance présidentielle intervient dans un contexte marqué d’une part, sur le plan sanitaire par une relative accalmie de la pandémie mondiale au coronavirus. Et par le « Covidgate », du nom attribué au scandale de la gestion des ressources allouées à la lutte contre cette pandémie au Cameroun d’autre part. L’affaire qui défraie la chronique depuis quelques semaines ébranle particulièrement les ministères de la Santé publique (qui a reçu 45 milliards lors de la précédente enveloppe) et celui de la Recherche scientifique et de l’Innovation (Minresi).

D’ailleurs, les chefs de ces départements ministériels et certains de leurs collaborateurs ont déjà été entendus par les Officiers de police judiciaire (OPJ) du Tribunal criminel spécial (TCS) dans le cadre d’une enquête judiciaire préliminaire. C’est que, dans le rapport d’étape de la Chambre des comptes de la Cour Suprême, les auditeurs dénoncent l’opacité dans la passation des marchés, les dépassements des budgets alloués, des détournements de fonds, les surfacturations flagrantes dans l’achat d’équipements de protection, de tests, d’ambulances, de médicaments, à la prise en charge des malades.

A noter qu’au 2 juin 2021, les chiffres officiels faisaient état de 79 904 cas positifs, 1302 décès, 35 sous oxygène pour un taux de létalité de 1,6%, de sévérité de 0,8% et d’occupation des lits à 3,4%.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here