(L’urgentiste.com)- La fin du programme « chèque santé » est prévue en décembre 2022. Mais, compte tenu des « résultats intéressants » obtenus depuis 2014 qu’il est implémenté dans les trois régions septentrionales, le Cameroun a décidé de le pérenniser et de l’étendre à deux autres régions du pays. Il s’agit du Sud et de l’Est. « Il n’est pas envisageable de l’arrêter en si bon chemin étant donné qu’il est maintenant question de capitaliser des expériences et compétences acquises pour mieux aligner le mécanisme du chèque santé au lancement de la Couverture santé universelle », soutient le ministère de la Santé publique.

Ce département ministériel annonce aussi qu’à partir de 2023, le gouvernement va prévoir une provision budgétaire dans le budget de l’Etat pour sa poursuite. Néanmoins, L’AFD a promis de mettre à la disposition du Cameroun une enveloppe de 10 millions d’euros soit 6 milliards 559 millions de FCFA pour le triennat 2023-2025. Cette information a été communiquée ce 9 mars, au cours d’une réunion entre Manaouda Malachie et les représentants de l’AFD et de la Banque allemande de développement (KfW). Il était question de discuter notamment de « quelques problèmes » dont la résolution va faciliter la clôture du projet, à l’instar de la justification de l’utilisation des fonds mis à disposition.

Désormais, pour les parties engagées dans le projet il urge « de continuer à fortifier et solidifier le système, à l’encadrer sur les plan information et gouvernance pour s’assurer que les biens et les finances qui sont mis à disposition vont réellement aux bénéficiaires terminaux », a expliqué en février dernier, le Dr Raphael Therese Okalla Abodo, médecin de santé publique et coordonnateur de l’unité de coordination du C2D Santé 1 et du programme conjoint Minsanté-AFD-KfW. C’était lors de la semestrielle de coordination de mise en œuvre des activités du chèque santé 2021 tenue à Ngaoundéré.

A noter que le chèque santé est un mécanisme de prépaiement visant la réduction de la mortalité néonatale et maternelle à travers l’amélioration de la prise en charge de la femme enceinte. La femme enceinte détentrice dudit chèque qu’elle se procure à 6 000 FCFA est prise en charge gratuitement pour tous les soins prévus par le chèque dans les formations sanitaires accréditées et conventionnées par le projet. Il était implémenté de manière opérationnelle à l’Extrême-Nord, au Nord et dans l’Adamaoua pour y améliorer les indicateurs de la santé de reproduction.

Depuis lors, 400 000 chèques santé ont été vendus et 300 000 femmes de la partie septentrionale en ont été bénéficiaires selon les chiffres du Minsanté. Le programme couvre 42 Districts de santé sur 55 dans le Septentrion, pour 24 au départ. Aussi, 61 formations sanitaires ont été réhabilitées et équipées grâce à ce programme. « Si on devait arrêter le cheque santé maintenant, il se poserait un sérieux problème », affirme le Dr Raphael Therese Okalla Abodo. D’où sa pérennisation.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here