Yaoundé. Le but est de permettre aux populations de bénéficier des informations pour pouvoir améliorer leur santé.  

La promotion de la santé est l’une des composantes importantes de la santé publique. Elle permet à l’individu, d’agir en faveur de sa santé et d’améliorer celle-ci par de bonnes pratiques. Pour cela, il a besoin entre autres, d’une information adéquate. Voilà pourquoi l’Association des journalistes scientifiques et communicateurs pour la promotion de la  Santé au Cameroun (AJC-Prosanté) a vu ce jour le 10 novembre 2018, au terme d’une Assemblée générale constitutive. « Le but est de rassembler les journalistes et communicateurs qui travaillent sur les questions de santé et permettre aux populations d’acquérir les connaissances et bénéficier des informations pour pouvoir améliorer leur santé. Elle va œuvrer à garantir un environnement dans lequel les populations peuvent avoir la bonne information pour leur santé et les questions y liées », explique Joseph Mbeng Boum, président de ladite association.  Bien plus, l’AJC-Prosanté va aussi aider les hommes et femmes de médias à avoir accès à la bonne information sur les questions de santé et permettre de faire connaitre la place de l’information scientifique dans le domaine de la santé.

Sur les raisons de la création de cette association, son président fait savoir qu’elle obéit à un besoin. « Nous avons constaté qu’il y a un vide au Cameroun et que la Communication en santé battait de l’aile. Si vous prenez les statistiques en matière de communication en Santé au Cameroun, vous allez constater que le pourcentage reste très faible pourtant, les besoins en communication aujourd’hui ne sont plus à démontrer. C’est pour cette raison que nous avons décidé de mettre sur pied une plateforme qui réunit tous les journalistes qui font dans la Santé afin de pouvoir capaciter tout le monde et que nous puissions travailler avec toutes les plateformes qui existent », précise celui qui est par ailleurs Directeur de publication du journal Echos Santé.

Plan d’actions

Dans l’immédiat, « l’urgence sera d’abord de sensibiliser les populations sur le choléra qui est là et dont l’épidémie est entrain de décimer les populations. Ensuite, on a le mois camerounais de lutte contre le Sida. Il faudrait qu’on s’implique. Il faudrait également que sur les questions d’hépatite, la promotion de la santé, la stratégie sectorielle de santé 2016-2025, de paludisme, et toutes les grandes questions endémiques et épidémiques, que l’association s’approprie ces questions-là et qu’on défende cela avec une approche scientifique », informe ce dernier. Ce dernier tient à ajouter que l’association travaillera avec le gouvernement et tous les partenaires techniques et financier, les collectivités territoriales décentralisées et la société civile. « Nous allons travailler avec tout le monde parce qu’il n’y a aucun développement sans la santé. Nous pensons que tout passe à travers la santé », dixit le président de l’AJC-Prosanté.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here