Après le plaidoyer des pédiatres du Septentrion en début du mois, cette question sera sans doute au centre des échanges entre Manaouda Malachie en visite de travail dans la région dès ce jour, et les autorités sanitaires régionales.

Les pédiatres ne courent pas les rues dans l’Adamaoua. Depuis plus de 5 ans, la région de plus d’un million d’âmes ne compte qu’un seul pédiatre, en service à l’hôpital régional de Ngaoundéré. C’est ce médecin en service au sein de cette formation sanitaire publique depuis 2016 qui couvre toutes les activités médicales y relatives dans cette région et parfois même, les villes des régions et pays voisins. Sa moyenne de consultations est de 200 à 250 patients par mois. Le tableau est loin d’être reluisant dans les deux autres régions de la partie septentrionale du Cameroun.

En effet, dans la région du Nord, les populations ne peuvent compter que sur deux pédiatres pour soigner les pathologies de leurs enfants. Soit un en clientèle privée et un seul « récemment affecté à l’hôpital régional ». A l’Extrême-Nord, 4 y officient, répartis ainsi qu’il suit : 3 à l’hôpital régional de Maroua et un seul à l’hôpital régional annexe de la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS). Ce qui fait un total de 7 pédiatres pour tout le Grand-Nord.

Conséquence, pour le pédiatre du septentrion, le volume du travail est impressionnant. C’est d’ailleurs la principale difficulté. « Nous sommes très peu nombreux pour une grande population d’enfant. Ce qui fait que nous sommes sollicités permanemment et épuisés dans la majorité des cas. C’est difficile de faire face à une population qui exige de plus en plus la présence d’un pédiatre au chevet de leurs enfants », indique le Dr Hélène Kamo Sélengai Doka dans les colonnes du journal L’œil du Sahel. Cette question sera sans doute au centre des échanges entre le ministre de la Santé publique et les autorités sanitaires régionales ces prochains jours. Manaouda Malachie est en visite de travail dans cette région dès ce 21 juillet 2021.

Plaidoyer

D’ailleurs, au cours de la Journée Pédiatrique du Septentrion (JPS) tenue les 9 et 10 juillet 2021, les prestataires de pédiatrie du Grand-Nord (tous ceux qui s’occupent de la santé des enfants c’est à dire les aides-soignants, infirmiers, médecins généralistes et Pédiatres) ont adressé un plaidoyer au ministère de la Santé publique, en vue de la dotation supplémentaire de ces spécialistes dans cette partie du pays. « Nous souhaitons que l’équipe des pédiatres du septentrion soit renforcée, que les pédiatres soient affectés surtout dans les régions de l’Adamaoua et du Nord », a plaidé le Dr Selengai Doka.

Leur plaidoyer s’adresse aussi aux délégations régionales de la santé publique. Les pédiatres du Septentrion souhaitent que les moyens soient mis pour l’application effective de la Prise en Charge Intégrée de la Maladie de l’Enfant et du Nouveau-né (Pcimne). « Cela limiterait et réduirait considérablement la mortalité et la morbidité infantile », soutient le Dr Selengai Doka.  En fait, la Pcimne est un outil incontournable pour l’amélioration de la sante de l’enfant. Malheureusement, « Cet outil est sous utilisé », regrette ce pédiatre. Or, « En absence du pédiatre, un personnel soignant quel que soit son niveau et son plateau technique peut sauver beaucoup d’enfants en appliquant seulement la Pcimne », explique cette dernière.

Les directeurs des formations sanitaires de la partie septentrionale ne sont pas en reste. « Que le plateau technique des services de pédiatrie du septentrion soit amélioré », poursuit-t-elle. Enfin, elle rappelle aux prestataires de pédiatrie du septentrion, que « Nous avons commencé une belle œuvre pour la santé de nos enfants. Continuons à avancer ensemble ainsi nous seront plus efficace ». De sources proches du dossier, la Société camerounaise de pédiatrie (Socaped) est à pied d’œuvre pour un aboutissement de ce plaidoyer auprès des officiels de la santé.

En réalité, le Cameroun compte environ 170 pédiatres, avec la cuvée sortie en 2020 (Ils étaient environ 160 en 2019). Les villes de Yaoundé et Douala ont à elles seules, plus de 100 pédiatres. Soit 80% de pédiatres concentrés dans ces deux métropoles. A noter que pour être pédiatre au pays, il faut compter au minimum 11 ans. Soit 7 années de médecine générale et 4 ans de spécialisation. Un pédiatre gagne environ 260 mille Fcfa au Cameroun, contre 4 millions de Fcfa à l’étranger. Voilà pourquoi la majorité opte pour l’Europe.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here