(Lurgentiste.com)- Un cas de poliovirus dérivé de type 2 a été détecté et confirmé dans le District de santé de Goulfey, région de l’Extrême-Nord en fin de semaine dernière. Selon nos sources au ministère de la Santé publique (Minsanté), il s’agit d’un enfant de 13 mois qui n’avait reçu aucune dose de vaccin. Pour l’heure, une investigation préliminaire y est en cours. Elle est menée par les équipe du District de Santé, de la délégation régionale de la Santé publique pour l’Extrême-Nord et des partenaires comme l’Organisation mondiale de la Santé publique (OMS), indiquent nos sources sanitaires régionales. Aussi, « l’investigation approfondie est en cours de préparation. Elle aura lieu la semaine prochaine (Cette semaine : Ndlr) », informe l’une de nos sources.

Ces investigations permettront de détecter d’autres éventuels cas en communauté. Puis, interviendra une campagne de vaccination. Avec ce cas, la poliomyélite est donc de retour dans cette région. A la section communication pour le développement du Programme élargi de vaccination (PEV), nos sources n’ont pas souhaité s’exprimer sur le sujet mais font savoir qu’une communication du ministre de la Santé est en cours et devrait intervenir d’ici peu. Selon un médecin-épidémiologiste, cette situation pose la question fondamentale de la stratégie mise en place pour la vaccination dans les zones transfrontalières. « Il y a un important mouvement de population dans ces zones. Du coup, identifier la cible est déjà en soi un problème. Quelle est donc la stratégie du pays pour qu’à tout moment, on puisse avoir un système qui permet d’identifier les enfants vaccinés ou pas vaccinés », s’interroge ce dernier.

Ce cas est le 3e confirmé depuis le début de l’année 2021. En effet, dans un communiqué rendu public le 23 février 2021, les autorités sanitaires ont annoncé que deux cas de poliovirus dérivé de type 2 (cVDPV2) ont été détectés dans des prélèvements environnementaux au District de Santé de la Cité Verte à Yaoundé, région du Centre. Mais, c’est depuis 2020 que le Cameroun fait face à une augmentation progressive du nombre de cas de poliovirus dérivés de souche vaccinale de type 2 (cVDP2). 16 cas de ces cVDP2 ont été notifiés dans le pays. Précisément, six cas chez les enfants avec Paralysie Flasque Aigue (PFA) dans trois régions (Est : trois ; Littoral :1 et Extrême-Nord :1) et neuf autres cas dans les prélèvements environnementaux de quatre régions (Est, Centre, Littoral et Sud).

Ce qui fait que cinq régions sur 10 ont été en épidémie et les investigations approfondies menées ont permis de constater que la couverture vaccinale était faible dans les communautés touchées. Des Journées Nationales de Vaccination (JNV) contre la poliomyélite ont ainsi été organisée Du 7 au 9 mai dernier. Elles ciblaient 6 millions 054 mille 937 enfants de 0 à 5 ans (réfugiés, déplacés internes et nomades y compris). Dans le Grand-Nord, 2 millions 741 mille 251 enfants étaient ainsi ciblés. Soit 381 mille 173 dans l’Adamaoua, 1 million 519 mille 938 à l’Extrême-Nord et 840 mille 140 au Nord.

D’après le PEV, ces JNV étaient motivées par la non atteinte des objectifs de couverture vaccinale dans la vaccination de routine au VPO (Vaccin polio oral) et VPI (Vaccin polio injectable). Le but de cette campagne préventive était d’obtenir une couverture vaccinale adéquate dans au moins 90% des districts de santé. Certes, les poliovirus sauvages sont éradiqués au Cameroun grâce au statut de pays « free polio » obtenu le 18 juin 2020 à l’issue de la réunion de la Commission régionale de certification de l’éradication de la poliomyélite pour l’Afrique (Crca). Mais, d’autres formes de poliovirus circulant de type 2 dérivé continuent de circuler dans le pays.

En réalité, ce sont des poliovirus rares qui peuvent provoquer des paralysies « mais amoindries », précise le Dr Daniel Mabongo, épidémiologiste. Ce qu’il convient de relever, c’est que ces poliovirus apparaissent dans des zones où l’assainissement et l’hygiène sont insuffisants, mais aussi et surtout, où la couverture vaccinale (CV) est limitée. En d’autres termes, dans des zones où les enfants sont peu vaccinés. En rappel, la poliomyélite qui peut être prévenue par le vaccin, est une maladie infectieuse causée par un virus envahissant le système nerveux et pouvant entrainer des paralysies irréversibles en quelques heures. Elle touche les enfants de moins de 5 ans. Le virus se transmet par l’eau ou les aliments contaminés.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here