(Lurgentiste.com)- Le Centre des opérations d’urgence de santé publique (Cousp) a dévoilé son dispositif sanitaire spécial CAN 2021 le 13 décembre dernier à Yaoundé. Ainsi, 2 000 personnels soignants seront mobilisés pour mener à bien ledit dispositif. Surtout que le Cousp envisage de réaliser un million de tests en un mois. Le dispositif sanitaire sera donc le même pour les cinq villes hôtes de la compétition : Yaoundé, Douala, Bafoussam, Garoua et Limbé. Et pour avoir accès à ces 5 différents stades durant cette compétition continentale d’envergure, il faudra un « passe sanitaire ». Il s’appliquera aussi bien aux équipes en compétition qu’aux spectateurs. D’abord, tout le monde devra se faire tester.

Les tests de type PCR seront réservés aux joueurs et à toutes les personnes qui se trouvent dans la « main courante ». C’est-à-dire, officiels, ramasseurs de balles, arbitres. Pour les gradins et les fan-zones, il suffira juste d’un test antigénique. Tous les tests seront gratuits, qu’ils soient faits via la plateforme de prise de rendez-vous Mamalpro ou sur les sites de dépistage qui seront couplés aux sites de vente. Aucun billet ne sera vendu sans test négatif.

Pour les personnes complètement vaccinées, leur passe sanitaire sera valable une semaine. Pour celle qui ne sont pas, ils devront systématiquement faire un test négatif de moins de 24 heures. A noter que la CAN TotalEnergie va se jouer du 9 janvier au 6 février 2022. Elle va drainer de nombreux visiteurs étrangers, des rassemblements et déplacements de supporters entre villes entre autres. 52 matches seront joués en un mois.

A noter qu’au 14 décembre, la situation épidémiologique faisait état de 107 662 cas positifs, 1836 décès, 519 cas actifs et 28 malades hospitalisés dont 13 sous oxygène. Pour les officiels de la santé, au regard de ces chiffre à la baisse, « Une CAN sans Covid-19 est possible au Cameroun ». Mais, il faut se faire vacciner et tester. « Sauvegardons nos indicateurs qui sont au vert en respectant les mesures sanitaires et nous vaccinant« , a réitéré sur son compte Twitter, Manaouda Malachie, ministre de la Santé publique.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here