Le Minsanté et le Mincom lors d'un point de presse.

Ces moyens financiers sont destinés à cette phase qui va jusqu’au 31 juillet 2021.

On en sait un peu plus sur les moyens financiers mobilisés pour la campagne nationale de vaccination contre le Covid-19 au Cameroun. Le gouvernement camerounais a en fait mobilisé 1 milliard 192 millions de Fcfa pour mener à bien ladite campagne qui s’étend jusqu’au 31 juillet 2021. « Nous fonctionnons par objectif. Comme pour tout budget opérationnel d’une campagne, les districts de santé et les régions bénéficient de plus de 80% de ces moyens qui ont déjà été envoyés dans les régions », précise-t-on au Programme élargi de vaccination (PEV). Dans le détail, ces ressources sont davantage destinées à financer les activités préparatoires telles que la logistique, la formation à la fois des équipes de vaccination mobiles et des personnes qui suivent les effets indésirables, l’acquisition des consommables et des médicaments pour la prise en charge des effets indésirables immédiats.

Le volet communication n’est pas en reste. Il concerne précisément l’organisation des cafés scientifiques avec les ordres professionnels, les média et les influenceurs ; la production et la diffusion des spots TV et radio, des boites à images, flyers, dépliants, etc. Rentrent aussi dans ces activités, le briefing avec les médias locaux (radios communautaires des 10 régions), les réunions d’informations et d’engagement communautaire au niveau régional, des communes et des Aires de santé ; le déploiement des mobilisations sociaux (deux par équipes). L’ensemble de ces dépenses logées dans « les coûts opérationnels constituent la principale poche de dépense de la mise en œuvre d’une campagne », explique notre source.

Selon elle, « Pour que cette dépense soit efficiente, il faut qu’elle suffise pour administrer les doses de vaccins dont nous disposons ». En réalité, il faut pouvoir mener des activités dans le but d’une part de rendre opérationnelle cette campagne mais aussi, pour convaincre les populations à se faire vacciner. Ce d’autant plus qu’au Cameroun, le taux de consommation global des vaccins anti Covid-19 est seulement de 15,07% selon les statistiques officielles. En effet, sur 591 mille doses de vaccin obtenues par le Cameroun, seules 89 mille 180 ont été injectées au 16 juin. De fait, plus de 61 jours après le lancement de cette vaccination, le pays n’a consommé que 26,4% du stock Sinopharm disponible et 9,4% des vaccins de marque AstraZeneca. Du 7 au 11 juillet 2021, le pays va donc organiser une campagne intensive de vaccination contre le ce virus qui a déjà tué 1313 personnes depuis mars 2020 en terres camerounaises.

Détails de la campagne intensive

Pendant 5 jours, elle va se dérouler sur toute l’étendue du territoire national. « On est en retard par rapport à nos objectifs qu’on s’était fixé de terminer au moins les doses de vaccins que nous avons reçu avant le 31 juillet. Il faut donc donner un coup d’accélérateur. Mais ça ne veut pas dire que nous avons la hantise d’écouler les doses disponibles», indique le Dr Tchokfe Shalom Ndoula, secrétaire permanent du Groupe technique centrale du PEV (GTC-PEV). Mais bien plus. « Si on veut avoir un impact rapide sur la mortalité et la morbidité, il faut avoir une couverture vaccinale d’au moins 3% très rapidement. Jusqu’à présent, le bénéfice de la vaccination ne profite qu’à ceux qui sont vaccinés. Pour que cela commence à avoir un effet sur la libération des services de santé ou sur l’économie, il faut au moins monter à 3%. Or en ce moment on n’a pas atteint 1% si on doit prendre en compte la population totale », explique ce dernier.

Les officiels de santé espèrent en réalité accélérer le rythme de la vaccination et atteindre 5000 personnes vaccinées par jour. L’objectif est de vacciner 5 millions de camerounais d’ici la fin de l’année. Pour cela, le gouvernement entend utiliser les spots TV et radio pour informer, persuader ; les relais communautaires, les leaders d’opinion, religieux et des partis politiques. Par ailleurs, la communication de proximité sera de mise. « Nous allons échanger avec les gens avant une séance de vaccination, répondre à leurs questions ; communiquer pour stimuler un changement de comportement », déroule le Dr Tchokfe Ndoula.

Des supports de communication visuels avec les affiches, les dépliants, les flyers, des boites à images ne sont pas en reste. En plus des 331 équipes mobiles déjà formées, 300 autres équipes supplémentaires seront mobilisées. « Nous allons les déployer même chez les particuliers qui solliciteront pour leurs maisons ou personnels, les églises, les écoles, les entreprises ou chez un responsable d’une institution publique», poursuit le SP du PEV.

A noter que le Cameroun dispose de 244 centres de vaccination et des équipes fixes dans les 191 Districts de santé. 83 mille personnes ont déjà été vaccinées pour la première dose et 23 mille personnes pour la 2e dose. « C’est la 2e dose qui peut conférer l’immunité pendant plus d’un an pour la personne vaccinée », fait savoir le Dr Shalom. Au 16 juin, les statiques officiels font état de 80 mille 487 cas confirmés, 1320 décès pour un taux d’occupation des lits de 4,6% et de sévérité de 3,8%.

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here