(Lurgentiste.com) L’Union Européenne (UE) ne démord pas. Pour exiger la publication « urgente » du rapport d’audit sur la gestion des Fonds publics alloués à la lutte contre le Covd-19, Philippe Van Damme, l’ambassadeur et chef de délégation de l’U.E au Cameroun s’est entretenu lundi 13 septembre dernier avec Yap Abdou, le président de la Chambre des Compte.

Officiellement, la rencontre qui avait pour cadre le siège de la Chambre des comptes de la Cour suprême, portait « sur le renforcement de son indépendance, ainsi que sur la publication urgente du rapport d’audit du Fonds COVID-19 », a déclaré le diplomate européen dans un tweet.

L’évocation de l’indépendance de la Chambre des comptes par l’ambassadeur de l’UE est loin d’être anodine. En effet, les équipes de la Chambre des Comptes ont bouclé et même imprimé le rapport depuis juin 2021. Mais selon jeune Afrique, c’est le Palais d’Etoudi qui aurait demandé de surseoir à sa publication alors que l’Assemblée nationale avait déjà programmé une séance plénière de pour sa présentation. « Seule la présidence a le pouvoir de faire déprogrammer une séance plénière de l’Assemblée nationale », écrivait alors le très renseigné magazine panafricain. Au sein de l’opinion nationale et surtout internationale, cet état de chose est perçu par certains observateurs comme une ingérence du pouvoir exécutif sur le pouvoir judiciaire. D’autres plus sévères y voient même une mainmise de l’exécutif sur la Justice. Toute chose qui concoure à fragiliser l’obligation de gouvernance et de transparence qu’exigent les partenaires du Cameroun.

Selon une synthèse du rapport ayant fuité dans la presse, la Chambre des Comptes épingle plusieurs membres du gouvernement pour leur gestion desdites ressources.

C’est la 2e fois que l’UE demande la publication de ce rapport concernant ce compte d’affectation spéciale de 180 milliards de Fcfa débloqués par l’Etat du Cameroun et dont la gestion est sujette à caution. En effet, cette exigence a été explicitement exprimée le 5 août dernier par Phillipe Van Damme, lors de 9e session du Comité de pilotage de la plate-forme de dialogue sur les finances publiques présidé à Yaoundé par Louis Paul Motazé, ministre des Finances (Minfi).

Ce groupe avait ainsi demandé la publication « dans les meilleurs délais » du rapport d’audit sur l’utilisation de ces fonds. Il exigeait par ailleurs « l’organisation d’un débat parlementaire afin d’en tirer les conclusions administratives et judiciaires qui s’imposent ». Philipe Van Damme avait ainsi réitéré que l’utilisation efficace et efficiente de ces ressources publiques « devrait demeurer une préoccupation majeure du gouvernement ». Aussi, « cela viendrait confirmer la détermination du gouvernement pour plus de transparence et de redevabilité dans la gestion des fonds publics et rassureraient les citoyens sur le respect des engagements pris par l’Etat dans la lettre d’intention au Fonds monétaire du 28 avril 2020 », a déclaré le chef de la mission diplomatique européenne.

A ce jour, le pays peine toujours à respecter l’un de ses engagements pris le 5 octobre 2020 devant le FMI dans sa « Lettre d’intention pour l’accès aux ressources de la Facilité de Crédit Rapide ». C’était notamment celui de « commander un audit indépendant de ces dépenses à la fin de l’exercice 2020 et en publier les résultats ». A noter que le rapport d’audit de la Chambre des comptes sur la gestion des fonds covid-19 n’a toujours pas été présenté après deux rendez-vous manqués.

Lire aussi : Rapport d’audit des Fonds Covid-19. L’Union Européenne fait pression sur le gouvernement camerounais

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here