Au Centre, Manaouda Malachie et Dr Guy Sandjon.

(Lurgentiste.com)- Dans une semaine exactement, l’Ordre national des médecins du Cameroun (ONMC)sera réuni en Assemblée générale Extraordinaire (AGE). Si le bureau sortant et le ministère de la Santé publique s’accordent sur l’ordre du jour qui porte sur l’adoption du Code de déontologie et du Règlement intérieur de cet ordre professionnel, tel n’est pas le cas de l’organisation des travaux.

Cette divergence de vue porte principalement sur la personne qui va présider la rencontre. Dans une correspondance adressée au président de l’ONMC le 4 avril dernier, le ministre de la Santé tente d’écarter le Dr Guy Sandjon de la coordination des travaux. « Vu la fin du mandat actuel le 21 mars 2022, cette Assemblée générale Extraordinaire devra être présidée par un doyen d’âge assisté de deux jeunes », instruit Manaouda Malachie au Président de l’ONMC.

Mais pour le Dr Guy Sandjon, l’AGE « devra être présidée par le Président du Conseil de l’Ordre ». C’est sur ce ton ferme qu’il s’adresse à Manaouda Malachie dans une correspondance le 7 avril 2022 et dont Lurgentiste.com a eu copie. Une instruction qui visiblement, n’a pas été du goût du Dr Sandjon. Et celui-ci de lui rappeler qu’il reste le Président de l’ONMC, « Bien que le mandat du Conseil que je préside ait théoriquement expiré le 21 mars 2022 en attendant l’avènement du nouveau conseil qui sera issu des prochaines élections à l’instar de ce qui prévaut dans nombre d’Organisation et Ordres ».

La loi comme argument massue ?

Sauf que pour une frange de médecins interrogés, il est difficile de dire qui est actuellement le Président du Conseil, le Dr Sandjon étant considéré comme « l’ancien président ». Soit. Le promoteur de la Clinique de l’Aéroport lui, ne s’arrête pas là. Il convoque le décret du 12 avril 1983 portant Code de Déontologie des médecins et relatif à l’organisation de l’Assemblée Générale.

Lequel stipule en son article 65 (2), que « Les sessions ordinaires ou extraordinaires sont présidées par le Président du Conseil de l’Ordre, ou en cas d’empêchement par le Vice-Président ». De plus, « Ce n’est que lorsqu’elle est convoquée en Assemblée Générale Constitutive, tel que prévu à l’alinéa (1) du même article 65 que l’Assemblée générale est présidée par le Doyen des médecins assisté de deux jeunes médecins », poursuit le Président de l’Ordre dans sa réponse au Minsanté. Or, tel n’est pas le cas. Par conséquent, ladite AGE sera présidée par le Dr Guy Sandjon selon sa note.

Légalité et légitimité en question

A en croire certains médecins, cette décision n’a pas lieu d’être. « Le simple fait que le mandat soit terminé et vu toutes les contestations et incohérences relevées par certains confrères, il est de bon ton qu’elle soit présidée par des personnes neutres et représentatives de la trajectoire générationnelle actuelle de l’ONMC », argumente l’un d’eux, en service dans un hôpital public. A en croire cet ex syndicaliste, « Beaucoup ne lui accordent pas ou plus la légitimité/légalité pour présider cette réunion ». Ce dernier trouve par ailleurs que la décision de Manaouda Malachie a tout son sens. « Elle va permettre de travailler sereinement », ajoute un autre médecin, sous-directeur au Minsanté.

Mais au-delà de tout, « Nous sommes dans une situation inhabituelle et à moins que les textes l’aient prévue, il revient à la tutelle de prendre des décisions pour le bon déroulement de cette réunion. Pour que les acteurs soient impliqués et qu’on puisse espérer une issue, la figure qui mènera les débats doit inspirer la confiance ». Il conclut donc que : « L’AG reste l’organe souverain de l’Ordre. Elle a la capacité de choisir qui devra présider cette réunion. Que le peuple choisisse. Tout comme il est possible que ce soit l’ancien président du CO qui est le Dr Sandjon… Rien n’est à exclure ».  Pour un médecin en service au Minsanté, malgré les textes, le Dr Sandjon « ne peut pas être juge et partie ». Un autre pense que

Mesures barrières

Quoi qu’il en soit et loin de tout ce débat, le Dr Sandjon et son équipe ont déjà la tête à l’organisation de cette AGE. Il a même déjà pris attache avec le directeur du Palais des Congrès de Yaoundé, pour la location de la salle. Non sans au passage rassurer le Minsanté que les « préoccupations contenues dans votre correspondance seront diligentées par mes soins ». Il parle notamment de la publication sur le site de l’ONMC et transmission au Minsanté, des projets de Règlement intérieur et du Code de déontologie ainsi que le tableau actualisé et cosigné par tous les membres du Conseil de l’Ordre, des médecins à jour de leurs cotisations au plus tard le 12 avril 2022 (ce jour).

« En complément du respect des mesures barrières de la Covid-19, les services compétents du Ministère de la Santé publique seront instruits de mettre en place un dispositif pour la réalisation et le contrôle des Tests PCR ou des TDR/Ag », précise en outre Manaouda Malachie. Rdv donc mardi prochain pour connaitre le fin mot de cette affaire.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here