L'IRM "haut champ c’est-à-dire des plus performante qu’on puisse avoir dans la sous-région. Elle permet de faire un diagnostic très précis sur les sportifs, les traumatismes de divers niveaux".

A 48h du début de cette compétition pré-test pour la CAN 2022 au Cameroun, ils affichent fière allure et sont d’ores et déjà en alerte. Surtout que les plateaux techniques ont été renforcés pour cette circonstance particulière.

Le match sanitaire du Championnat d’Afrique des nations (Chan) se jouera aussi dès samedi prochain dans quatre formations sanitaires à Yaoundé. Ce sont notamment l’hôpital Central, Général, militaire et le Centre des Urgences. A 48h du début de cette compétition pré-test pour la CAN 2022 au Cameroun, ces hôpitaux retenus pour la couverture médicale sont d’ores et déjà en alerte et affichent fière allure. « Si c’est pour être prêt à recevoir les patients, nous le sommes », rassure d’entrée de jeu le Pr Alain Patrick Menanga, directeur des prestations médicales à l’hôpital général de Yaoundé (HGY).

Au sein de cette formation sanitaire publique retenue dans le Planut, tout semble avoir été pensé au détail prêt. Par exemple, sur site, un circuit de prise en charge médicale pour « les patients CAF » a été préalablement défini. « On aura un desk à l’entrée et l’hôtesse se chargera d’orienter le patient CAF vers son lieu de soin. Une fois qu’il arrive, son circuit commence à une porte bien précise aux urgences ; on l’identifie : pays de provenance, délégation, officiel ou sportif, staff de la CAF, fan club, etc », explique le Pr Menanga.

Et ce dernier de poursuivre : « Une fois qu’il est rapidement identifié, il va directement à l’espace qui a été créé pour eux. Si son cas nécessite uniquement l’observation, l’espace est là ; s’il faut l’hospitaliser, il va monter, en fonction du niveau. Il y a le haut standing qui a été réhabilité et ces pavillons sont prêts si un officiel ou un sportif a un problème. S’il faut faire certains examens, cet hôpital est très fonctionnel ».

Pr Menanga: « Cette ambulance médicalisée est disponible 24hh/24 pour le Chan et a un dispositif de surveillance, de réanimation, de l’oxygène, etc ».

En ce qui concerne le matériel, « Nous avons une IRM haut champ c’est-à-dire des plus performante qu’on puisse avoir dans la sous-région. Elle permet de faire un diagnostic très précis sur les sportifs, les traumatismes de divers niveaux. Nous avons un scanner de 128 barrettes, la radio, etc. C’est ça qui peut être important pendant une compétition comme celle-ci », fait savoir ce médecin-cardiologue. Au niveau des ambulances, « Nous en avons trois. Une simple, mais qui est médicalisable, une de niveau un peu plus élevé, qui est médicalisée et une 3e de haut niveau qui a un dispositif de surveillance, dispositif de réanimation, oxygène, etc. Cette ambulance est relativement nouvelle et n’a jamais été mis en circulation parce que dédiée uniquement au CHAN/CAN », détaille ce dernier.

En termes de Ressources humaines, cet hôpital dispose de 4 équipes composées de 4 personnels : le chauffeur, le médecin, l’infirmier et le manutentionnaire. Au niveau du nombre de patients à recevoir, « nous pouvons mobiliser au moins une quarantaine de place pour le moment, extensible à 50 patients qui peuvent être hospitalisés. Ça dépendra de l’afflux. Si nous sommes débordés, nous allons chercher les places ailleurs ».

Néanmoins, le DPM indique qu’aucune formation particulière en faveur des personnels n’a été faite. « Les malades qui viennent à l’hôpital tous les jours sont les mêmes qui peuvent arriver pour le Chan. Les personnels sont formés pour prendre en charge tout type de pathologies. C’est l’activité de tous les jours que nous allons mettre en veille au cas où nous sommes sollicités », justifie ce dernier.

Quoi qu’il en soit, « L’hôpital général sera naturellement mis à contribution pour pouvoir couvrir cet évènement. Ça part d’une partie de l’imagerie jusqu’à ce qui concerne la cardiologie, la réanimation, les hospitalisations, les urgences, etc. Tout ce qui disponible à l’hôpital général de Yaoundé pourra être mobilisé bien entendu pour l’évènement », rassure ce médecin-cardiologue.

L’une des chambres du pavillon VIP, « prêts si un officiel ou un sportif a un problème».

HCY et Cury au rebond

A l’hôpital Central de Yaoundé (HCY), le plateau technique a été renforcé d’après le staff administratif. « Nous avons pris des dispositions particulières. Nous avons la première Banque de sang qui est accrédité en Afrique Centrale et en Afrique de l’Ouest. Il y aura donc une veille ici en permanence. Il y a un espace d’hospitalisation VIP ; un scanner est en route. Il y a un certain nombre d’équipement qui est entrain d’arriver », énumère le Pr Joseph Fouda, directeur de cette structure hospitalière. De plus, une ressource humaine constituée de toutes les spécialités a été mobilisée à cet effet.

En cas d’urgence sanitaire majeure, le Centre des urgences dont le bâtiment principal a reçu un coup de peinture, se dit à son tour prêt à assurer cette couverture santé du Chan. Cette Fosa a en effet réceptionné du matériel de réanimation, soit 5 respirateurs de réanimation des soins intensifs, un scanner qui est fonctionnel, de même qu’un échographe multifonctionnel avec 4 sondes. Ce dispositif est complété par 6 ambulances médicalisées de Type C (ambulance de réanimation), toutes équipées de matériel de pointe et prêtes à intervenir en cas d’urgence.

Pr Joseph Fouda: Nous avons la première Banque de sang qui est accréditée en Afrique Centrale et en Afrique de l’Ouest ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here