Santé mentale. Près de 8000 cas de dépression diagnostiqués au Cameroun en 2023

(Lurgentiste.com) — Au Cameroun, la dépression se porte bien. Pour preuve, plus de 7 994 cas ont été diagnostiqués au cours de l’année 2023, selon les chiffres du ministère de la Santé publique (Minsanté). « Ce chiffre est même insignifiant par rapport à la réalité. C’est un pâle reflet de la réalité », indique une spécialiste de la santé mentale proche du dossier au Minsanté. D’après cette source, « Ces statistiques ne sont que les données du système d’information sanitaire et la complétude de ces données n’est pas correcte. Le chiffre est beaucoup plus énorme ».

Selon le Dr Laure Menguene, psychiatre, « La manifestation de la dépression dans notre société est beaucoup plus somatique. C’est-à-dire c’est le corps qui parle, c’est la tête qui fait mal, c’est l’agressivité, la nervosité ; ce sont les insomnies, les nerfs, les douleurs pour lesquels on a déjà vu plusieurs spécialistes ». A cette dépression, s’ajoutent la psychose et les troubles liés à la consommation de la drogue. 15 565 et 3183 cas ont respectivement été diagnostiqués en 2023 toujours. « Cette drogue agit sur le système nerveux et perturbe son fonctionnement », explique le Dr Laure Menguene, sous-directeur en charge de la Santé mentale au Minsanté.

Plus grave : « la consommation de la drogue peut donner une dépression, des troubles anxieux, alimentaires et psychotiques, autrement dit, vous commencez à délirer et raconter des choses qui n’ont rien à voir avec la réalité », précise ce chantre de la santé mentale. Et ce n’est pas tout. « Ça vous met dans un état de confusion, de léthargie, d’agressivité, de violence. Ce qui est particulier avec la drogue, c’est qu’elle peut entraîner tout ce que je viens de citer et tout ce que je viens de citer peut entraîner aussi un individu à consommer la drogue qui peut aussi être l’alcool, le tabac, le cannabis», ajoute le Dr Menguene.

Thérapie

Selon le Minsanté, tous ces cas de dépression, de psychose et troubles y liés ont été traités, dans le cadre des actions réalisées par son département ministériel. De même, les équipes de spécialistes ont procédé à la promotion des comportements favorables à la santé mentale. Par ailleurs, de nombreuses activités d’information, d’éducation et de communication ont été menées pour sensibiliser les populations sur les meilleurs moyens de protéger leur santé.

D’après lui, la prise en charge des patients souffrant de maladies mentales et errant à Yaoundé a permis, entre novembre 2021 et octobre 2023, de sortir des rues 549 personnes dont 110 pour la seule année 2023. 233 personnes ont été guéries, 28 patients ont bénéficié d’une réinsertion sociale, 25 malades ont été perdus de vue, 79 décès ont été enregistrés et 113 patients sont encore internés. « Le processus d’extension de cette intervention à d’autres villes du pays, notamment à Douala et Bafoussam est en cours ».

Pour cette année 2024, comme actions prioritaires à mener dans son budget, le Minsanté envisage entre autres d’intensifier la sensibilisation sur la consommation des drogues et autres substances dépendogènes et d’autres risques liés à la santé mentale. Il est aussi prévu d’étendre la Prise en charge des personnes affectées par les maladies mentales et errantes (Pamme) dans d’autres villes du pays et d’améliorer la disponibilité du sang en intensifiant la mobilisation communautaire en faveur du don bénévole et volontaire du sang.

Olive Atangana

Journaliste diplômée de l'École supérieure des sciences et techniques de l'information et de communication (Esstic) au Cameroun. Passionnée et spécialisée des questions de santé publique et épidémiologie. Ambassadrice de la lutte contre le paludisme au Cameroun, pour le compte des médias. Etudiante en master professionnel, sur la Communication en Santé et environnement. Membre de plusieurs associations de Santé et Politique, dont la Fédération mondiale des journalistes scientifiques (WFSJ) et le Club des journalistes politiques du Cameroun (Club Po). Très active sur mes comptes Tweeter et Facebook.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *