Santé communautaire. Le Cameroun a besoin de 6 500 agents polyvalents

(Lurgentiste.com)-  Au Cameroun, il faut 6551 agents de santé communautaires polyvalents (ASCp) pour une couverture sanitaire adéquate sur l’ensemble du territoire national. C’est le résultat d’un outil de modélisation conçu au ministère de la Santé publique (Minsanté), avec le concours du partenaire PMI (US President’s Malaria Initiative) et présenté à Yaoundé cette semaine. A travers lui, ce département ministériel veut « savoir de manière scientifique là où se trouvent les besoins non couverts ou à couvrir en priorité », explique une source proche du dossier à la Direction de l’Organisation des soins et de la technologie sanitaire (DOSTS).

Concrètement, il était question de définir le modèle de déploiement de ces ASCp, leur utilisation rationnelle et leur impact sur la couverture sanitaire efficace des populations. « En fait nous essayons de moderniser les clés de répartition des agents de santé communautaire sur le territoire national », poursuit notre source.

Cette assistance technique permet ainsi d’intégrer les données de superficie, des districts de santé et Aires de la santé, la géolocalisation des formations sanitaires, les distances par route accessible, les densités de population, la géolocalisation des ASC en exercice, etc. « Cela nous donne des cartes avec estimation des besoins en agents de santé communautaire par district et par aire de santé », indique notre source proche du dossier.

Tout est parti en réalité de la SND30 qui ambitionne que chacun des 30 millions de camerounais se retrouve à au moins 5 km d’une offre de soins de santé (Fosa ou agent de santé). Une simulation a donc été faite dans 161 districts de santé sur les 200 que compte désormais le pays. « Il est question d’offrir des services de santé de qualité à tous, avec équité, avec la pleine participation de la population », précise le Pr Eugène Sobngwi, directeur de l’Organisation des soins et de la technologie sanitaire au Minsanté.

Quelques limites comme la non prise en compte des populations minoritaires et d’autres pathologies, ont toutefois été identifiées. A noter que pays compte actuellement un peu plus de 9000 agents de santé communautaire pris en charge par diverses sources. Ceux polyvalents seront formés pour répondre à tous les besoins de santé des communautés, contrairement à la pratique actuelle qui les reparti en fonction des programmes, paludisme, vaccination, poliomyélite.

Olive Atangana

Journaliste diplômée de l'École supérieure des sciences et techniques de l'information et de communication (Esstic) au Cameroun. Passionnée et spécialisée des questions de santé publique et épidémiologie. Ambassadrice de la lutte contre le paludisme au Cameroun, pour le compte des médias. Etudiante en master professionnel, sur la Communication en Santé et environnement. Membre de plusieurs associations de Santé et Politique, dont la Fédération mondiale des journalistes scientifiques (WFSJ) et le Club des journalistes politiques du Cameroun (Club Po). Très active sur mes comptes Tweeter et Facebook.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *