Riposte au Coronavirus. Le Cameroun classé au 31e rang sur 46 des pays africains qui gèrent mieux la pandémie

Il ne figure pas non dans le 10 des pays les plus sûrs et occupe la 180e place mondiale sur 200 pays.

Deep Knowledge Group vient de commettre une étude qui évalue ces risques dans 200 pays confrontés au Coronavirus. D’après le rapport de ce consortium international spécialisé dans l’analyse de données scientifiques publié le 4 juin dernier, le Cameroun occupe le 180e rang dans ce ranking mondial des pays qui gèrent le mieux cette pandémie qui secoue la planète depuis plusieurs mois.

Dans ce document de 250 pages qui regroupe les pays en quatre niveaux de sûreté, le Cameroun se loge au niveau 4. Lequel « comprend les 100 pays qui ont obtenu les résultats les moins favorables lors de la première phase d’analyse, et qui souffrent d’un niveau élevé d’indisponibilité ou de manque de fiabilité des données », explique le rapport.

21e pays le moins sûr du monde

Sur l’échelle continentale, le Cameroun est classé 31e sur 46 pays, avec un indice de sûreté évalué 332 points ; loin derrière le Gabon (424) qui se positionne à la 5e place au niveau continental et à la 1ère dans la Zone Cemac. Le pays de Paul Biya est également absent du top 10 des pays africains les plus sûrs.

Celui-ci est respectivement constitué de : l’Afrique du Sud, l’Île Maurice, São Tomé et Principe, le Nigeria, le Gabon, le Botswana, le Togo, le Mozambique, la Namibia et les Seychelles. Aussi, le Cameroun est le 21e pays le moins sûr du monde du point de vue des risques sanitaires, sociaux et économiques dus à l’épidémie de Covid-19.

Facteurs pris en compte

L’étude prend en compte six facteurs : la qualité de la surveillance et de la détection, l’efficacité des mesures de quarantaine, l’efficacité des gouvernements, ainsi que le niveau de préparation du système de santé et la capacité à réagir aux situations d’urgence. La Suisse occupe la première place de ce classement. Ceci, du fait de sa résilience économique et à sa manière prudente, « factuelle et scientifique » de gérer le déconfinement.

A noter que ce rapport de Deep Knowledge s’appuie sur 500 sources de données, dont l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Université Johns Hopkins, Worldometers et les centres pour la prévention des maladies (CDC) des États-Unis. Au 10 juin 2020,  le pays totalisait officiellement 8929 cas confirmés pour 33 811 tests réalisés et 215 décès.

Olive Atangana

Journaliste diplômée de l'École supérieure des sciences et techniques de l'information et de communication (Esstic) au Cameroun. Passionnée et spécialisée des questions de santé publique et épidémiologie. Ambassadrice de la lutte contre le paludisme au Cameroun, pour le compte des médias. Etudiante en master professionnel, sur la Communication en Santé et environnement. Membre de plusieurs associations de Santé et Politique, dont la Fédération mondiale des journalistes scientifiques (WFSJ) et le Club des journalistes politiques du Cameroun (Club Po). Très active sur mes comptes Tweeter et Facebook.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *