L’épidémiologiste et Directeur d’Epicentre Afrique, centre de recherche de Médecins sans frontières (MSF) explique les raisons de cette résurgence et donne des pistes de riposte.

Qu’est ce qui peut justifier la présence de toutes ces épidémies (5 selon l’ONSP : Rougeole, choléra, PFA, Variole du Singe, Covid…) ?

Le Cameroun est véritablement l’Afrique en miniature. Que ce soit sur le plan des populations que de l’environnement qui favorise la diversité des animaux qui le plus souvent sont vecteurs d’épidémies et même de pandémies. De plus la mobilité des populations est les conditions de vie favorisent l’émergence de certaines maladies qu’elles soient des épidémies ou encore des maladies tropicales négligées comme l’Ulcère de Buruli, les morsures de serpent qui affectent nos populations. L’interdépendance entre l’Homme, l’Animal et l’Environnement favorisent l’émergence ou la réémergence d’épidémie comme celles que nous voyons en ce moment dans notre pays.

Doit-on craindre pour notre santé et le pays ?

Il n’est pas besoin de craindre pour notre pays mais de renforcer l’engagement communautaire qui est au cœur de la prévention et de la réponse à ces épidémies. Ce sont nos modes de vie, le respect des règles d’hygiène et aussi le lien entre les communautés et notre système de santé qui renforcent la surveillance de ces épidémies et améliorent la qualité de la réponse qui se veut le plus souvent multi sectorielle, avec bien sûr la contribution des tradipraticiens.

Ces épidémies veulent elles dire que le système de riposte épidémiologique du Cameroun est défaillant ?

Si le système de riposte était défaillant nous ne saurions pas quelle est la situation de toutes ces épidémies dans notre pays. Le système de surveillance des épidémies et la riposte nous a permis d’organiser la CAN malgré une pandémie de Covid-19, une Épidémie de choléra et d’autres épidémies en cours au même moment. Néanmoins, la réponse simultanée à différentes épidémies demande des ressources matérielles qui ne sont pas toujours disponibles au moment de la survenue de ces épidémies. Il est donc important pour améliorer notre réponse de disposer de davantage de ressources financières disponibles. Pour ce faire, le secteur privé par les entreprises pourraient être plus impliquées.

Lire aussi:

Alerte. Le Cameroun assailli par 5 épidémies

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here