Poliomyélite. Eradication du Poliovirus sauvage de type 3

 L’annonce de ce fait « historique » a été faite le 24 octobre 2019 à Genève en Suisse.

Le 24 octobre 2019 est une date « historique » pour les autorités sanitaires du monde. A l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre la Polio, la commission mondiale indépendante pour la certification de l’éradication de la poliomyélite a annoncé l’éradication du poliovirus sauvage de type 3 (PVS3) dans le monde entier. « L’éradication du Poliovirus sauvage de type 3 constitue donc une étape importante pour la santé mondiale », se réjoui l’Organisation mondiale de la Santé.

Le certificat officiel d’éradication du poliovirus sauvage de type 3 (PVS3) a été présenté au cours d’une cérémonie au siège de l’OMS à Genève, par le Pr David Salisbury, président de cette Commission, au Dr Adhanom Ghebreyesus, Directeur Général de l’OMS. « Cette nouvelle représente un exploit historique pour l’humanité », selon l’OMS.

En rappel, la poliomyélite est une maladie causée par trois souches de Poliovirus immunologiquement distinctes: les poliovirus de type 1, de type 2 et de type 3. « Sur le plan symptomatique, les trois souches sont identiques, en ce sens qu’elles provoquent une paralysie irréversible, voire la mort. Toutefois, il existe des différences génétiques et virologiques qui en font trois virus distincts qui doivent être éradiqués individuellement », informe l’organisme onusien.

Dans son communiqué de presse daté du 25 octobre, il indique que le Poliovirus sauvage de type 3 est la deuxième souche du Poliovirus à être éliminée, après la certification de l’éradication du Poliovirus sauvage de type 2 en 2015. Le dernier cas de Poliovirus sauvage de type 3 a été détecté dans le nord du Nigéria en 2012. Cependant, « Le défi actuel est d’éradiquer le Poliovirus sauvage de type 1 encore endémique dans deux pays dans le monde, à savoir le l’Afghanistan et le Pakistan », indique l’OMS.

Olive Atangana

Journaliste diplômée de l'École supérieure des sciences et techniques de l'information et de communication (Esstic) au Cameroun. Passionnée et spécialisée des questions de santé publique et épidémiologie. Ambassadrice de la lutte contre le paludisme au Cameroun, pour le compte des médias. Etudiante en master professionnel, sur la Communication en Santé et environnement. Membre de plusieurs associations de Santé et Politique, dont la Fédération mondiale des journalistes scientifiques (WFSJ) et le Club des journalistes politiques du Cameroun (Club Po). Très active sur mes comptes Tweeter et Facebook.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *