Paludisme. Le TPIN, nouveau traitement pour nourrissons au Cameroun

 

(Lurgentiste.com)- Un comprimé de Sulfadoxine Pyriméthamine. Tel est le traitement préventif intermittent (TPIN) que vont désormais gratuitement recevoir les nourrissons dès l’âge de 10 semaines au Cameroun. Et ce, jusqu’à l’âge de 15 mois. Soit cinq doses au total (10 semaines, 14 semaines, 6 mois, 9 mois et 15 mois). Il a été administré pour la première fois à quelques nouveau-nés de l’hôpital de district de Soa le 25 avril 2022. C’était au cours des activités commémorant la 15e journée mondiale de lutte contre cette maladie.

C’est la principale innovation introduite depuis cette année 2022 pour lutter contre le paludisme chez ces nouveau-nés. Le TPIN a pour but limiter l’incidence de la maladie et son taux de mortalité dès le berceau. Pour le Dr Dorothy Achu, Secrétaire permanent du Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP), le TPIN est recommandé par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) depuis 2005 et son impact dans la diminution de l’incidence du paludisme dans certains pays a conduit les officiels camerounais de la santé à adopter cette stratégie. Selon l’organisation onusienne, ce traitement réduit le risque de contracter le paludisme de 30% chez le nouveau-né.

Il sera délivré par le biais des services du Programme Elargi de vaccination (PEV) dans 8 régions du pays non éligibles par la CPS. A noter qu’en dehors de cette innovation, la gratuité de la prise en charge du paludisme simple et grave avait été décrétée par l’État pour les enfants de 0 à 05 ans en 2011 et 2014. Une mesure qui, apprend-on des autorités sanitaires, sera renforcée dès 2023 par le vaccin « RTS,S » déjà introduit dans trois pays africains. Il s’agit du Ghana, Malawi et Kenya.

Olive Atangana

Journaliste diplômée de l'École supérieure des sciences et techniques de l'information et de communication (Esstic) au Cameroun. Passionnée et spécialisée des questions de santé publique et épidémiologie. Ambassadrice de la lutte contre le paludisme au Cameroun, pour le compte des médias. Etudiante en master professionnel, sur la Communication en Santé et environnement. Membre de plusieurs associations de Santé et Politique, dont la Fédération mondiale des journalistes scientifiques (WFSJ) et le Club des journalistes politiques du Cameroun (Club Po). Très active sur mes comptes Tweeter et Facebook.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *