A 41 ans, le Dr Nana Dange Franck est le 10e et plus jeune président du bureau élu, de l’histoire de cet ordre professionnel.

L’Ordre national des pharmaciens du Cameroun (Onpc) a un nouveau président. Il s’agit du Dr Nana Dange Franck, 41 ans, pharmacien d’officine et grossiste-répartiteur. Il a été élu le 16 janvier dernier à Yaoundé, à l’issue de leur assemblée générale élective (qui a duré 27 heures), avec 179 voix, contre 64 seulement pour le Dr Ndombo Koki Samson Mauricet, son challenger immédiat. A l’issue du vote, tout le bureau sortant a été balayé.

Un résultat logique de l’avis de plusieurs caciques de l’Ordre. « Les jeunes représentent 50% de la profession aujourd’hui. Le vote sentimental est venu compléter le score pour donner 62% au vainqueur », argumente l’un d’eux.  Mieux, de l’avis du Dr Nana, les jeunes pharmaciens représentent les 3/5 des effectifs de ce corps. C’est également « La composante la plus exigeante de notre profession », précise le Dr Hamadjoda Issa, vice-président du bureau élu.

Les résultats du scrutin de samedi dernier sont perçus pour certains comme un vote sanction à l’endroit des caciques, des vétérans mais aussi et surtout de l’ancien système, qui ont régné ces dernières années au sein de l’Ordre. Pour cette frange, les jeunes loups de la profession de pharmaciens ont voulu donner la chance à de nouveaux acteurs, dans l’espoir d’impulser une dynamique différente. « Ces anciens n’ont rien fait pour la profession durant leur règne. Ils n’ont fait que s’octroyer des emplacements idéals pour leurs officines et se positionner dans des entreprises et structures. Mais réellement pour l’émancipation de la profession, ils n’ont rien fait », charge un jeune pharmacien. Sévère.

Polémique

Mais, pour les trois prochaines années, il sera accompagné d’une tranche relativement plus âgée, composée, des Dr Hamadjoda Issa (Vice-Président), Lapnet Moustapha (Secrétaire général), et de Som Hélène (Trésorière).  C’est que, cinq membres sur neuf qui constituent le conseil de l’Ordre ont plus de 60 ans, observe un cacique de l’Ordre. Et si avec le Dr Nana, l’Ordre des pharmaciens tient le plus jeune président de son histoire, certains estiment que le tout nouveau porte étendard des assermentés Galien du Cameroun s’est entouré de « vieux » pour diriger. De fait, du point de vue de la moyenne d’âge, ce conseil n’est pas jeune.

Dans ce débat, le nouvel élu tranche. « C’est un mix intergénérationnel », indique-t-il d’emblée. Et d’ajouter: « Nous les jeunes, voulons diriger, mais aussi, être accompagnés par les aînés. C’est aussi ça l’astuce du bon manager », explique le Dr Nana. En d’autres termes, en intégrant des sexagénaires dans son équipe, l’ancien directeur Commercial d’Ubipharm cherche à capitaliser leurs expériences. En effet, « L’équipe qui prend les rênes de notre ordre est une équipe composite, constituée des pharmaciens riches en expérience professionnelle dans leur parcours et aux comportements et attitudes fédérateurs connus. Ceci est un avantage dans le contexte actuel», explique le Dr Hamadjoda Issa, vice-président, par ailleurs Pharmacien-Ingénieur.

D’ailleurs, pour leur confrère le Dr Tada, pharmacien d’officine à Maroua, le nouveau bureau a été soutenu par toutes les générations de l’Ordre. « Les jeunes l’ont certes voté mais les anciens l’ont voté en masse. Car les écarts étaient importants. Preuve que toutes les générations l’ont soutenu ». Quoi qu’il en soit, « Ce bureau nous change de la routine », argue un jeune pharmacien en service dans une structure hospitalière.

 

« Nous les jeunes, voulons diriger, mais aussi, être accompagnés par les aînés »

Ecce homo

Celui qui vient de prendre la tête du Conseil cumule 16 ans d’expérience. Lorsqu’il rentre au Cameroun en 2005 après ses études de pharmacie à l’Université Mohammed V de Rabat au Maroc, il intègre la firme Ubipharm. C’est l’un des plus important grossiste-répartiteur en médicaments et produits pharmaceutiques au Cameroun. Il y a occupé les fonctions de Directeur commercial pendant une dizaine d’années. Un poste à travers lequel « Il s’est lié d’amitié avec beaucoup de professionnels du secteur à travers les 10 régions du Cameroun », confie un proche.

Dans la profession, on le présente comme « travailleur acharné, très sérieux, amical et sociable ». En fait, alors que l’Ordre était englué dans la crise de faction, il s’est toujours distingué par des positions consensuelles. « Il n’avait pas de discours haineux, il est resté dans l’apaisement et le consensus permanent. Il est toujours disponible et de bons conseils. Il ne manque pas d’expérience », témoigne le Dr Christine Ebelle, Présidente en exercice de la Cameroon Young Pharmacist (CYP).

Attentes et espoirs

Pour ce nouveau magistère, les jeunes attendent beaucoup du nouveau président de    l’Onpc. « Nous voulons que l’Ordre donne une place de choix et de l’espace à la jeunesse pour prouver de quoi nous sommes capables, apporter notre expertise, notre dynamisme. Qu’il donne une véritable place au CYP, que nous soyons une force de proposition », formule le Dr Christine Ebelle. De son avis, la tâche s’annonce complexe pour la nouvelle équipe. « Ne lui mettons pas trop de pression. Il a trouvé une profession en crise depuis deux ans. Donnons-lui le temps », prescrit la pharmacienne.

Au ministère de la Santé, c’est le soulagement « après deux années de blocage et de désordre », confie un responsable à la Direction de la Pharmacie, du médicament et des Laboratoires. De son avis, ce bureau se placerait sous le signe d’une nouvelle ère. « Quand on voit la qualité des membres, nous ne doutons pas que nous allons bien travailler ensemble. L’ordre est un partenaire privilégié du ministère ».

Réconciliation

Conscient de tout ceci, « Nous mettons ce nouveau mandat sous le signe de la réconciliation avec la tutelle, sous le signe du rassemblement de tous les pharmaciens pour un but commun : La santé des populations du Cameroun. Nous voulons aujourd’hui dire aux populations que les pharmaciens sont à vos côtés, vont participer à l’éducation pharmaceutique et sanitaire. Participer à la lutte contre la vente illicite et l’exercice illégal de la pharmacie au Cameroun. Mais surtout et avant tout dire à tous nos confrères que c’est tous ensemble que nous irons vers de nouveaux horizons », rassure d’ores et déjà le nouveau président de l’Onpc.

Et, « Sur la base du programme pour lequel nous avons été élus, nous allons travailler pour que chaque pharmacien se reconnaissent dans chacun des actes que nous allons poser. Nous allons beaucoup consulter afin de prendre les grandes décisions, nous resterons plus proches des pharmaciens par le renforcement de l’interactivité avec les représentants régionaux (…) Nous allons initier un renouveau dans la pratique de l’art pharmaceutique », ajoute son vice-président, le Dr Hamadjoda Issa.

Générique de fin ?

A la vérité, cette élection permet à l’Ordre de renouer avec la légalité et la légitimité dans la mesure où les mandats des membres du bureau sortant étaient forclos depuis 2018. « Les confrères n’arrivaient plus à s’entendre pour pouvoir conduire une élection apaisée », confirme le Dr Hamadjoda. Les nombreuses tentatives d’organiser une AG élective se sont heurtées à des un blocage de deux factions : Celle du bureau sortant et celle soutenue par le ministère de la Santé publique.

Mais samedi dernier à Yaoundé, « Les participants à cette assemblée générale élective ont manifesté leur volonté, intérêt de ne ressortir du palais des congrès qu’une fois un bureau de conseil élu. Nonobstant le temps que cela nous prendrait. Nous avons donc pris le temps nécessaire pour aplanir tous les points de divergences qui ont engendré le blocage », soutient le Vice-président. En somme, « Il y avait une volonté, une envie de tourner la page », indique le nouveau Président, le Dr Nana.

Après deux ans, l’Onpc a un donc nouveau bureau élu et légal. C’est que, « Les participants à cette assemblée générale élective ont manifesté leur volonté, leur intérêt de ne ressortir du palais des congrès qu’une fois un bureau de conseil élu. Nonobstant le temps que cela nous prendrait. Nous avons donc pris le temps nécessaire pour aplanir tous les points de divergences qui ont engendré le blocage », fait savoir le vice président.

En rappel, sur la ligne de départ, ils étaient 8 : Le Dr Yissibi Pola Emilienne. L’unique femme candidate et secrétaire générale du bureau sortant veut redorer l’image de la profession. Elle aura pour challengers les Dr Christophe Ampoan (le candidat de la compétence et de l’expérience), Nana Franck (pour un nouvel élan dans la profession), Ngoule Charles Christian, Lapnet Moustapha Thomas et Ndongo Eteme Edgard.

Ndombo Koki Samson Mauricet (chantre d’un Cnopc fort et audible), et Fonderson George (candidat de la fraternité, collaboration et transparence) sont également descendus dans l’arène pour cette bataille électorale dont le Dr Nana en est sorti vainqueur.

Dr Nana: « Il y avait une volonté, une envie de tourner la page »

 

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here