Les taux de létalité y sont respectivement de 7,0 et 28,6%, avec 63 hospitalisations dans cinq DS des régions concernées.

Au Cameroun, quatre régions sur 10 sont déjà en épidémie de choléra. Le Centre, le Littoral, le Nord et l’Extrême-Nord. Cette dernière a malheureusement fait son entrée dans cette inquiétante situation sanitaire que vit le pays depuis le mois de mai 2018, avec la notification des premiers cas dans le Mayo-Oulo. Depuis lors, la maladie a continué sa progression, causant des morts. Par exemple, du 16-19 octobre 2018, 62 nouveaux cas suspects ont été notifiés et un autre décès dans la région du Nord.  A ce jour, le pays compte 570 cas cumulés. Soit 484 dans le Nord que l’épidémie touche de plein fouet, avec 13 Districts de Santé attaqués (Certains comme Lagdo, Figuil, Tcholire ont vu des cas notifiés mais pas confirmés). Elle demeure, avec l’Extrême-Nord, les deux régions touchées dans la partie septentrionale. L’épidémie y a déjà en effet, causé 38 morts. Soit 34 au Nord et quatre à l’Extrême-Nord où c’est le DS de Makary qui est touché. De ces décès, 18 sont hospitaliers et 16 communautaires pour la région du Nord et les quatre de l’Extrême-Nord sont des décès communautaires. Le taux de létalité y est de 28,6% et de 7,0% au Nord.

Fort heureusement, « tout est sous contrôle ». Ce d’autant plus que jusqu’au 19 octobre 2018, une équipe d’évaluation de la réponse à l’épidémie menée par la DLEMP/Minsanté a séjourné dans ces deux régions, tout comme le déploiement de la 4è équipe d’appui du niveau central à la région du Nord. Bien plus, des activités de sensibilisation, recherche active des cas dans les DS en épidémies dans les régions du Nord et de l’Extrême-Nord, investigation des cas et recherche des personnes contacts dans les DS en épidémie sont aussi en cours. La prise en charge des cas et WASH ne sont pas en reste, avec 63 hospitalisations au 19 octobre dans les deux régions évoquées dans cinq DS. 42 à Golombe, quatre à Pitoa, trois à Garoua, huit à Bibémi et six à Makary.  Les autorités sanitaires ont aussi procédé au renforcement des capacités du personnel de l’UTC de Bibemi et à la formation de 115 ASC à Makary et 85 à Mada les 15 et 16 Octobre. L’accès difficile au DS de Makary à l’Extrême-Nord et la transmission des activités Wash dans la région du Nord restent les principales difficultés.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here