Manaouda Malachie: "Nous allons poursuivre ces actions pour que nous améliorons la santé du camerounais"

L’accent sera mis sur les programmes de promotion de la santé, la prise en charge des cas et la mise en œuvre de la CSU.

Le ministère de la Santé publique sollicite une enveloppe budgétaire de 197 milliards 121 millions de Fcfa pour l’exercice budgétaire 2021. Soit 84 milliards 197 millions pour le fonctionnement (contre 104 milliards 769 millions en 2020) et 112 milliards 924 millions (105 millions 882 millions en 2020) pour l’investissement.

Cette enveloppe est en baisse de 7,74% par rapport à la dotation budgétaire initiale adoptée en décembre 2020 (où elle était de 213 milliards 651 millions de Fcfa, avant d’être révisée à 188 milliards 815 millions de Fcfa avec le collectif budgétaire de juin 2020, pour un ajustement de -24 milliards de Fcfa), a été défendue par Manaouda Malachie, ministre de la Santé publique (Minsanté), le 02 décembre 2020, devant la Commission des Finances et du budget de l’Assemblée nationale.

Cet argent sera réparti dans quatre programmes clés à savoir : la Promotion de la santé, la prévention des maladies, la gouvernance et soutien institutionnel dans le secteur de la santé, la prise en charge des cas. Les trois premiers programmes voient leurs budgets revus à la hausse par rapport à 2020 tandis que le dernier subi une coupe de moins de 36 milliards de Fcfa.

Dans les détails, le programme de promotion de la santé dont le budget s’élève à 18 milliards 888 millions 591 Fcfa (contre 10 milliards 467 millions 654 000 en 2020) mettra un accent sur la mise en œuvre de la Couverture santé universelle (CSU) à travers la sensibilisation, la mobilisation et l’enrôlement des populations et des acteurs majeurs du processus.

«Nous avons mis en place en 2020 la couverture santé  universelle à travers la signature d’un contrat de partenariat et en 2021 nous pensons que l’accent sera mis sur l’inscription avec l’espoir que de nombreux Camerounais commenceront à bénéficier de la CSU », a précisé Manaouda Malachie.

Renforcer les activités visant à réduire la prévalence de la malnutrition et du retard de croissance chez les enfants de moins de 5 ans, améliorer l’hygiène et la prévention des infections en milieu communautaire et clinique, intensifier la communication et le marketing social en faveur de l’appropriation des pratiques essentielles de santé par les populations et l’acceptation des soins et services de santé conventionnels sont les autres activités qu’ambitionne de mener ce programme.

Le programme de prévention des maladies qui est estimé à 40 milliards 701 millions 607 mille 647 Fcfa (contre 32 milliards 580 millions 345 mille 000 Fcfa en 2020), contribuera entre autres, à maintenir le statut d’éradication de la circulation du poliovirus sauvage au Cameroun, à renforcer la surveillance des épidémies et la protection des maladies évitables par la vaccination à travers l’amélioration de la couverture vaccinale, à finaliser la campagne nationale de distribution gratuite des Milda dans les deux régions restantes (Centre et Sud-Ouest) et à renforcer la prévalence de la transmission du VIH/Sida de la mère à l’enfant.

Actions prioritaires

Celui de la prise en charge des cas quant à lui, s’élève à 90 milliards 491 millions 076 mille 240 Fcfa (contre 127 milliards 067 millions 109 mille 758 Fcfa). Soit une réduction de 36 milliards 576 millions 033 mille 518 Fcfa. Ici, l’accent est mis sur la réduction de la mortalité hospitalière et communautaire des maladies transmissibles et non transmissibles prioritaires. Pour le programme de gouvernance et d’appui institutionnel, le budget alloué s’élève à 47 milliards 039 millions 724 mille 224 Fcfa (contre 43 milliards 535 millions de Fcfa en 2020).

A noter que les projets du Planut n’ont pas bénéficié d’une inscription au budget du Minsanté, « leur engagement étant effectué au niveau de la coordination dans les services du Premier Ministre », indique son plan d’actions 2021 présenté aux députés. Les projets du Chan quant à eux, sont inscrits à hauteur d’un milliard de Fcfa. Pour l’autorité tutélaire de la santé, après plusieurs actions menées en 2020, des efforts devaient être maintenus afin d’avoir des résultats davantage positifs.

Ainsi, certaines priorités seront renforcées en 2021 malgré les défis liés à la pandémie de Covid-19 dont les actions vont se poursuivre. «Nous avons cette délicate question qui est la santé de la mère et de l’enfant. Nous devons poursuivre également nos efforts parce que nous avons obtenu au cours de cette année des résultats encourageants. Il faudrait peut-être qu’on maintienne ces efforts pour avoir des résultats encourageants », a déclaré le Minsanté.

Aussi, « A côté de cela nous avons d’autres pathologies. L’accent sera mis davantage sur la lutte contre certaines maladies sans mettre de côté le VIH/Sida, la tuberculose, le paludisme. Nous allons poursuivre ces actions pour que nous améliorons la santé du camerounais », a poursuivi ce dernier. Mais, « au-delà de ça, nous avons mis en place en 2020 la couverture santé universelle à travers la signature d’un contrat de partenariat. En 2021, nous pensons qu’il sera question de commencer l’enrôlement et de pouvoir espérer que les camerounais commencent à bénéficier de cette CSU», a fait savoir Manaouda Malachie.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here