Fièvre, maux de tête, fatigue, frissons, courbatures, gorge irritée, toux… Les symptômes du nouveau coronavirus semblent similaires à ceux de la grippe. A quelques différences près.

Le Coronavirus et la grippe sont des infections respiratoires dans les cas à type de pneumonie virale. A priori, il est très difficile de faire la différence. Ce d’autant plus que les symptômes du Coronavirus et de la grippe sont presque similaires : fièvre, maux de tête, fatigue, frissons, fièvre, courbatures, gêne respiratoire. Pareil pour leur mode de transmission : par voie aérienne. C’est-à-dire via la toux, les éternuements et les accolades.  Comment différencier les dans ce cas précis ?

« D’après les premiers patients qui ont été déclarés, cela commence par une fièvre, une sensation de courbature, une fatigue généralisée, très rapidement une toux et quelques jours plus tard, éventuellement, un essoufflement», explique Pr Arnaud Fontanet, directeur du département de Santé globale à l’institut Pasteur et responsable de l’unité d’épidémiologie des maladies émergentes.  Si le coronavirus peut causer des symptômes similaires à ceux d’une grippe modérée, il peut aussi présenter des signes plus sévères : détresse respiratoire aiguë ; insuffisance rénale aiguë ; défaillance multi-viscérale potentiellement fatale. La maladie peut progresser dans le temps chez un patient infecté.

Maladies chroniques en renfort

Par ailleurs, les malades déjà touchés par des maladies chroniques telles que l’hypertension, les maladies cardiovasculaires, le diabète, des maladies hépatiques ou des maladies respiratoires semblent plus susceptibles d’être concernés par des formes sévères du nouveau coronavirus, tout comme les personnes âgées.

Le délai entre la contamination et l’apparition des premiers symptômes du coronavirus est similaire à celui de la grippe, puisqu’il est estimé à 6 jours tandis que celle maximale d’incubation est de 14 jours. Mais il n’y a pas contamination si les patients placés en isolement n’ont pas développé la maladie dans les 14 jours qui suivent le contact potentiellement infectant.

Médicaments contre les deux

A ce jour, il n’y a pas de protocole clinique rigoureux ayant fourni de données concluantes permettant de recommander un traitement pour le coronavirus. D’ailleurs, John McConnell, éditeur en chef de la célèbre revue scientifique « The Lancet Infectious Diseases » dans le numéro de mars 2020, le rappelle fort opportunément.  Pour la grippe, il est conseillé des boissons chaudes et certains médicaments sont recommandés lorsque l’on est dans un état grippal. La pharmacopée traditionnelle n’est pas en reste.

Quoi qu’il en soit, « Cette épidémie permettra de tester la capacité des structures de diagnostic et de prise en charge des pays africains et la capacité de nos dirigeants de mettre à la disposition de véritables experts des moyens adéquats pour soutenir les organes de décisions », indique le Pr François-Xavier Mbopi-Keou. Il est microbiologiste, virologue, chef du département de microbiologie, hématologie, parasitologie, immunologie et maladies infectieuses à la Faculté de médecine et des sciences biomédicales de l’Université de Yaoundé I.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here