En dehors de la chirurgie, les consultations pour les autres pathologies sont passées de 2500 à 1800 par mois. Les patients redoutent une contamination au virus mortel, du fait de la présence dans cette formation sanitaire d’une unité de prise en charge.

Le constat est amer pour le comité de gestion de l’hôpital régional de Maroua. Depuis deux mois que cette formation hospitalière publique a enregistré son premier cas de Coronavirus, le taux de fréquentation a considérablement diminué. « En dehors de la chirurgie, les consultations pour les autres pathologies sont passées de 2500 à 1800 par mois », a indiqué le Dr Fetse Tama dans les colonnes du quotidien bilingue national.

Face aux hommes de médias le 20 juin dernier, le directeur de cet hôpital a précisé que la présence d’une unité de prise en charge des patients du coronavirus en est la principale cause. Les populations craignent ainsi d’être contaminées et optent pour l’automédication ou les centres de santé. Pourtant, « On ne doit pas abandonner les hôpitaux par peur d’être contaminés. L’hôpital est le lieu le mieux indiqué pour faire un diagnostic et prendre en charge toutes les maladies. Les populations doivent faire confiance à leur hôpital », plaide ce dernier.

La conférence de presse organisée samedi dernier à Maroua avait donc pour but de « rassurer les populations sur le fait qu’il n’y a pas meilleur endroit qui soit autant sécurisé pour soigner les malades que l’Hôpital régional. D’ailleurs, c’est ici que tous les cas compliqués de la région sont référés. Pas de crainte à y aller », rassure Sani Babani, Président du comité de gestion de cet hôpital. Ce d’autant plus que sur le terrain, l’usager est soumis au respect des mesures barrières pour éviter la propagation du virus au sein de l’hôpital.

« A l’entrée de l’hôpital, il y a un système de tri. Les patients suspects sont dirigés dans un circuit. En plus, le Covid-19 étant une nouvelle pathologie, nous sommes obligés de réadapter nos stratégies tous les jours. Au niveau des services, la désinfection est systématique après chaque passage d’un patient », explique le Dr Fetse Tama. Et ce dernier de préciser : « Les patients du Covid-19 sont pris en charge dans une unité retirée, voire isolée au point que quand vous êtes dans l’enceinte de l’hôpital, vous ne pouvez pas facilement les voir. Par ailleurs, les patients du Covid-19 n’empruntent pas les mêmes ambulances que les autres ».

Donc, « Il faut que les populations viennent se faire consulter pour toutes les autres pathologies. Il n’est pas question de fuir l’hôpital ce d’autant qu’il regorge de beaucoup de spécialistes», conclu Sani Babani.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here