L’état des lieux de cette maladie dressé par les autorités sanitaires de la région indique que les tranches d’âge les plus touchées sont celles de 15 à 19 ans et 20 à 24 ans

Les autorités sanitaires camerounaises sont formelles. La région de l’Extrême-Nord compte un grand nombre de cas de fistules obstétricales au Cameroun. Elle est d’ailleurs l’une des régions où l’on compte le plus grand nombre femmes souffrants de cette « maladie de la honte ». Le 14 septembre dernier à Maroua, les responsables sanitaires ont dressé l’état de lieu des fistules obstétricales dans cette région. Une enquête réalisée en 2011 révèle ainsi que 300 femmes en souffrent. Les tranches d’âge les plus touchées sont celles de 15 à 19 ans et 20 à 24 ans. Par ailleurs les adolescentes qui contractent un mariage précoce sont les plus exposées.

En l’absence d’un cadre de prise en charge adéquat, de nombreuses femmes mariées vivant avec la fistule obstétricale ont abandonné leur foyer et des nombreuses jeunes filles se sont vu rejetées par leur entourage. Voilà pourquoi, le ministère de la Santé Publique (Minsanté) a mené avec l’appui de certains partenaires dont Fond des nations unies pour la population (Unfpa), des campagnes de réparation dans le but de lutter contre cette « maladie de la honte ». Ainsi, en juillet 2020, 08 femmes ont été guéries à Kousseri. En Juillet et  Décembre 2019, 60 femmes l’ont été également à Yagoua. 11 cas des fistules obstétricales ont été réparés à Mokolo en 2017.

Centre de prise en charge

Un centre de prise en charge des fistules obstétricales a ouvert ses portes le 14 septembre 2020 à l’hôpital régional de Maroua. D’après les officiels, ce centre arrive à point nommé pour abroger souffrances qu’endurent les femmes victime de cette maladie. Pour la campagne de lancement de prise en charge en routine des fistules au sein de cette formation sanitaire publique, 12 patientes âgées de 22 à 50 ans porteuses des fistules obstétricales ont été reçu. Parmi ces 12 cas venus des Districts de Santé de Mora, Tokomberé, Mindif, Maroua 3, de Garoua dans la région du Nord et de Leré au Tchad, 10 ont été réparés. A en croire les responsables sanitaires de l’hôpital régional de Maroua, parmi ces cas réparés, certaines femmes ont vécu 30 ans avec cette pathologie sans être opérées.

Chances de guérison

En 2018, avec le Mercy Ships, la plupart des femmes qui avaient été opérées venaient de L’Extrême-Nord. Soit une bonne quarantaine. « Ça veut dire que nous avons ici dans presque toutes les familles des femmes qui ont ce problème », confirme le gouverneur de la région, Midjiyawa Bakary. Mais les spécialistes se veulent rassurants. « Lorsque la fistule est opérée la femme peut à nouveau se marier, elle peut à nouveau être enceinte, elle peut à nouveau faire des enfants», précise le Pr Tebeu Pierre Marie, expert fistule. Cependant, « Il faut savoir que pas de rapport sexuel avant 6 mois, pas de grossesse avant 2 ans », dit-il. Et ce dernier d’indiquer que « La fistule est une maladie qui peut être prévenue et guérie ». A noter que prise en charge de la fistule obstétricale nécessite la prévention, les opérations et la réinsertion sociale.

Encadré

La fistule en bref

« Parlant de la fistule obstétricale il y’a deux mots. Il y’a le mot obstétrique et il y’a le mot fistule. L’obstétrique c’est tout ce qui est en rapport avec la grossesse et l’accouchement. La fistule c’est une communication. Autrement dit quand on dit fistule obstétricale c’est une communication créée par l’accouchement ou un phénomène de grossesse comme l’avortement. Alors cette communication c’est entre la poche à urine au niveau de la vessie et le vagin ou l’enfant passe pour sortir. Ce qui fait que quand les urines arrivent dans la poche ou ça doit être stocké, ça passe directement dans le vagin et ça coule. Et l’autre fistule c’est recto-vaginale. La poche des selles est trouée.  Quand les selles arrivent dans le rectum qui est la poche à selle, ça coule directement par le vagin. Et donc la conséquence de deux est que la femme a des urines ou les selles et parfois les deux qui coulent en continu. On distingue trois groupes de causes des fistules obstétricales. Il y’a ce qu’on appelle le travail obstétrique. L’enfant est en train de sortir et subitement ça bloque il ne sort plus, ce qui écrase tous les tissus. C’est ça la première cause. La deuxième cause c’est le traumatisme direct de l’accouchement par exemple l’accouchement précipité ou bien traumatisme lors des césariennes. La dernière entité c’est les traumatismes lors d’un avortement. Au cours d’un avortement il peut avoir un incident et on se retrouve dans la vessie. Donc voilà les trois groupes des causes mais il faut savoir que derrière ces causes, il y’a les facteurs de risques. Ces facteurs peuvent être au niveau individuel, facteurs au niveau de la communauté et facteur au niveau du système de santé », Pr Tebeu Pierre Marie, expert fistule.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here