Extrême-Nord. Le choléra fait son come-back

(Lurgentiste.com)- La région de l’Extrême-Nord connait une résurgence de l’épidémie de choléra. De sources sanitaires régionales, depuis le 10 octobre 2022, elle sévit dans trois districts de santé (DS). Il s’agit de Mora (65 cas) ; Mokolo (36 cas dont 34 au camp des réfugiés de Minawao) ; Fotokol (17). 118 cas au total y ont été enregistrés et 10 décès dont 8 en communauté. « Les cas viennent du Nigeria voisin, en épidémie depuis janvier 2022. En dehors du cas des réfugiés de Minawao où une investigation approfondie est en cours par nos services techniques », précise le Dr Hamadou Bava Boubakary, délégué régional de la Santé publique pour l’Extrême-Nord.

Dans le détail, la confirmation des cas à Fotokol a eu lieu le 10 octobre. La maladie y a été causée par une fille de 10 ans résident au camp de Sansini au Nigeria (Gambaru). A l’aire de santé de Magdeme dans le DS de Mora, l’épidémie déclarée le 13 octobre est due à une femme de 36 ans ayant effectué un voyage à Banki toujours au Nigeria, pour un deuil. Actuellement, « On tend vers le contrôle de l’épidémie depuis 24h », rassure le délégué régional.

D’ores et déjà, les opérations de riposte ont été organisées et des recommandations faites à l’issue d’une réunion avec le gouverneur de la région le 17 octobre dernier. Ainsi, 13 différents acteurs impliqués ont été identifiés et leurs responsabilités répartis. Par exemple, la délégation régionale de la santé publique pour l’Extrême-Nord est entre autres chargée de la planification et de la mise en œuvre de la surveillance épidémiologique, de l’organisation de la recherche opérationnelle. Au niveau du ministère de l’Administration territoriale (Minat), les préfets et sous-préfets sont chargés de la redynamisation de la campagne d’hygiène et salubrité à séquence régulière.

Le ministère de l’Eau et de l’Energie via sa délégation régionale, doit s’assurer de l’approvisionnement suffisant en eau potable et de la coordination intersectorielle du WASH. Le ministère de la Communication à travers sa délégation régionale, veille à la mobilisation de tous les médias à la communication pour la lutte contre le choléra. Le ministère des Finances s’assure du déblocage des fonds ; tandis que le ministère des Enseignements secondaires s’attèle à la promotion de l’hygiène dans la communauté éducative. Ce qui passe par le lavage des mains, l’utilisation des latrines et l’hygiène des denrées alimentaires.

Il a été demandé à l’administration pénitentiaire (Minjustice), la diffusion des outils éducatifs et promotion de l’hygiène en milieu carcéral. La diffusion des outils d’éducation dans les agences de voyages, aéroports, débarcadères et postes de santé aux frontières (mise en place des latrines et toilettes, points d’eau, sensibilisation des voyageurs et des transporteurs) incombe au ministère des Transports. Le ministère de l’habitat veille à l’application des normes en matière d’habitat, d’hygiène, de salubrité, d’enlèvement, de traitement des ordures ménagères, d’assainissement du milieu en zone urbaine. Pour rappel, la dernière épidémie dans cette région remonte à 2019. Elle avait fait une soixantaine de morts.

Olive Atangana

Journaliste diplômée de l'École supérieure des sciences et techniques de l'information et de communication (Esstic) au Cameroun. Passionnée et spécialisée des questions de santé publique et épidémiologie. Ambassadrice de la lutte contre le paludisme au Cameroun, pour le compte des médias. Etudiante en master professionnel, sur la Communication en Santé et environnement. Membre de plusieurs associations de Santé et Politique, dont la Fédération mondiale des journalistes scientifiques (WFSJ) et le Club des journalistes politiques du Cameroun (Club Po). Très active sur mes comptes Tweeter et Facebook.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *