Covid-19. L’Ordre national des Médecins se prononce contre les solutions endogènes

Les solutions endogènes anti Covid-19 n’ont pas bonne presse auprès d’une frange du corps médical. Certains professionnels de la santé affirment qu’elles sont à l’origine de plusieurs complications et décès. En effet, d’après eux, plus de la moitié des décès suite au Covid-19 sont liés aux complications pour inefficacité des thérapies endogènes nationales. Par conséquent, « Je pense que chacun doit suivre son couloir», a déclaré en guise de mise au point le Dr Guy Sandjon, président de l’Ordre national des médecins du Cameroun (Onmc). Agacé. En d’autres termes, ces solutions (Ngul be tara, Elixir Covid par exemple) pourtant prisées par l’opinion n’ont pas leur place dans le traitement des malades du Covid-19.

Pourtant, selon Manaouda Malachie, c’est une synergie d’actions entre la médecine traditionnelle et moderne qui a contribué à maitriser la pandémie depuis sa survenue au Cameroun en mars 2020. « L’apport de la médecine traditionnelle a été important. C’est une contribution significative. C’est important que nous reconnaissions tous les efforts qui sont fait par ci, par-là», a déclaré le ministre de la Santé publique le 18 mars dernier à Yaoundé. C’était au cours d’une rencontre à huis clos entre les promoteurs de la médecine traditionnelle et les responsables du ministère de la Santé publique. A l’issue de cette réunion, il a été entre autres recommandé l’autorisation de l’admission dans les formations sanitaires sous leur forme première, des recettes et médicaments de la médecine traditionnelle à la demande du patient.

De plus, désormais, « Il va falloir, lorsque nous avons un produit, que nous testons tout au moins l’innocuité du produit », plaide l’élite de Mokolo. Certes, en Afrique, 80% des populations consultent des tradipraticiens. Mais, « Je pense que pour pouvoir parler de ces solutions il faut savoir quelle est la formation de ces tradipraticiens. Il y a malheureusement un petit flou, pour ne pas dire plus, qui existe entre les bons et les mauvais », a rétorqué le Dr Sandjon.

Quoi qu’il en soit, dans son discours à la nation le 19 mai 2020, le chef de l’Etat Paul Biya, avait demandé d’explorer les solutions endogènes dans la riposte. « J’encourage également tous les efforts visant à mettre au point un traitement endogène du Covid-19. Consacrons toutes nos énergies à la lutte de cet ennemie commun », préconisait le Président de la République.

Olive Atangana

Journaliste diplômée de l'École supérieure des sciences et techniques de l'information et de communication (Esstic) au Cameroun. Passionnée et spécialisée des questions de santé publique et épidémiologie. Ambassadrice de la lutte contre le paludisme au Cameroun, pour le compte des médias. Etudiante en master professionnel, sur la Communication en Santé et environnement. Membre de plusieurs associations de Santé et Politique, dont la Fédération mondiale des journalistes scientifiques (WFSJ) et le Club des journalistes politiques du Cameroun (Club Po). Très active sur mes comptes Tweeter et Facebook.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *