Le vaccin ne sera pas obligatoire

(L’urgentiste.com)- Les cas hebdomadaires de Covid-19 ont considérablement diminué sur le continent africain. C’est du moins ce qu’a annoncé ce jeudi 20 janvier, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Selon cette agence sanitaire mondiale de l’ONU, le nombre de décès a également baissé pour la première fois depuis le pic de la quatrième vague pandémique propulsée par le variant Omicron. « Si l’accélération, le pic et le déclin de cette vague ont été inégalés, son impact a été modéré, et l’Afrique s’en sort avec moins de décès et moins d’hospitalisations », a déclaré lors d’une conférence de presse virtuelle depuis Brazzaville (Congo), la Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique.

Certes la baisse du nombre de décès est encore faible et un suivi supplémentaire est nécessaire. Les nouveaux cas signalés ont ainsi chuté de 20% au cours de la semaine du 16 janvier 2022, tandis que les décès ont diminué de 8 %. « Mais le continent doit encore renverser la vapeur face à cette pandémie », a alerté la Dr Moeti. Ce d’autant plus que « Le taux de létalité actuel de la région africaine reste le plus élevé au monde, bien qu’il ait été abaissé au cours des deux dernières vagues », précise toutefois l’OMS.

Et pour ne rien arranger, le taux de vaccination reste faible. En effet, seule 10% de la population africaine est entièrement vaccinée. Ceci, bien que les stocks de vaccins aient augmenté ces dernières semaines. À ce jour, l’Afrique a reçu environ 500 millions de doses de vaccin contre la Covid-19 et en a administré 327 millions. L’OMS estime donc que des efforts considérables sont nécessaires pour accélérer la vaccination afin d’atteindre une grande partie de la population. Ainsi, en 2022, entre 250 et 300 millions de doses de vaccin seront disponibles en moyenne chaque mois.

Et d’ici à la mi-2022, l’OMS espère que le mécanisme COVAX disposera d’un « stock suffisant » permettant à tous les pays de vacciner « au moins 45 % de leur population ». Parce que, « Tant que le virus continuera de circuler, de nouvelles vagues pandémiques sont inévitables ». Par conséquent, « L’Afrique doit non seulement élargir les vaccinations, mais aussi obtenir un accès accru et équitable aux médications critiques de Covid-19 pour sauver des vies et combattre efficacement cette pandémie », a conclu la Dr Moeti.

A noter que le variant Omicron a été signalé dans 36 pays africains et 169 dans le monde. Dans le monde, plus de 332,6 millions de cas ont été recensés dans 197 pays et territoires. La pandémie de Covid-19 a fait au moins 5 551 314 morts dans le monde depuis l’apparition du coronavirus fin 2019, selon un décompte établi par l’OMS.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here