La vaccination sera « ciblée, volontaire et non obligatoire ».

(L’urgentiste.com)- En 9 mois, le Cameroun n’a réussi à vacciner que 662 241 personnes sur l’ensemble du territoire national, selon les chiffres officiels du 3 janvier 2022. Très loin alors, de l’objectif de couvrir 20% de la population totale et 10% de celle cible fixé par les officiels de la Santé. « Malheureusement, on n’a pas atteint l’objectif ambitieux qu’on s’était fixé », reconnait dans les colonnes de Cameroon Tribune, le Dr Tchokfe Shalom Ndoula, Secrétaire permanent du Programme Elargi de vaccination (PEV). En effet, depuis l’introduction du vaccin contre le Covid-19 en avril dernier, le compteur n’affiche que 2,3% de la population totale et 4,7% de la population cible vaccinées.

Malgré les campagnes de vaccination organisées depuis le 12 avril 2021, les moyens consentis, et les différentes stratégies déployées sur le terrain pour susciter plus d’adhésion, les populations se pressent toujours lentement pour se faire vacciner contre le Covid-19. L’opération continue de susciter le doute et le scepticisme. La faible adhésion des populations, l’infodémie et l’hésitation vaccinale continuent de plomber le déroulement de cet autre moyen de lutte contre le virus mortel.

Nouvelle stratégie

Pour convaincre la population, les équipes du PEV comptent utiliser « des arguments solides sur les avantages de la vaccination en cette phase de riposte contre la pandémie », dit le Dr Tchokfe Shalom Ndoula. Pour ce faire, les sessions de dialogue interactif seront maintenues, « afin de répondre à toutes les observations et de rassurer ceux qui hésitent encore ». Pendant ces sessions et en réponse à ceux qui hésitent, le PEV va uniquement utiliser des données basées sur les cas factuels et probants, en lieu et place de la contrainte car, « contreproductive ».

Et ce n’est pas tout. « Nous comptons également lutter contre la désinformation dans cette gestion de la pandémie à Covid-19 ». Comment ? La question reste posée. Le cas des personnels de santé, « moteurs essentiels de la riposte », n’est pas en reste. Au 20 décembre, la proportion de ceux vacciné était de 58,5% à la première dose et de 18,4% pour ceux complètement vaccinés. « Ils devraient mieux comprendre les bénéfices de la vaccination, tant sur le plan historique que scientifique », regrette le SP.

Perspectives 2022

Pour le patron du PEV, l’année 2022 sera encore plus intense que celle qui vient de s’écouler en termes d’activités autour de la vaccination. Il faudra couvrir les personnes qui iront dans les stades. A cet effet, pour accélérer la vaccination avant le début de la CAN dans toutes les villes sélectionnées, des équipes intégrées avec les testing et la vaccination « en temps réel » seront mise sur pied. Passé cette grand-messe du football africain au Cameroun dès le 9 janvier prochain, le bras séculier de l’Etat en matière de vaccination va organiser des campagnes élargies de vaccination tous les trois mois.

« Et comme il sera logistiquement difficile de couvrir tout le pays, nous allons scinder les régions en plusieurs blocs pour couvrir l’ensemble du pays en toute efficacité. En commençant par les zones les plus affectées par la pandémie », explique le SP du PEV. Il tient à rassurer que « Les vaccins seront disponibles à tout moment ». Le 31 décembre dernier, Paul Biya a demandé « à tous et à chacun de se faire vacciner, et de ne pas prêter le flanc aux conjectures complotistes qui foisonnent sur les réseaux sociaux, concernant le vaccin contre le coronavirus ». Cette requête présidentielle aura-t-elle plus de chance au sein de l’opinion ? Rien n’est moins sûr.

2 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here