Aux communications régulières du ministère de la santé, à la coopération avec les partenaires bilatéraux et multilatéraux, viennent s’ajouter des mesures particulières que nous avons résumé. Le pays est-il suffisamment pour autant prêt ? La question demeure.

Le vent de panique qui souffle sur le monde depuis l’annonce de l’épidémie du coronavirus rebaptisé par l’OMS Covid-19 n’épargne aucun Etat. Chaque pays interroge son système de santé et affûte son dispositif de lutte au fur à mesure que le virus fait des victimes, pour mieux y faire face. Au Cameroun, c’est aussi un peu le branle-bas. Aux communications régulières du ministère de la santé (affiches de sensibilisation, points de presse), à la coopération avec les partenaires bilatéraux et multilatéraux, viennent s’ajouter des mesures particulières que nous avons résumé en huit points. Elles lui ont d’ailleurs valu d’être classé parmi les pays aux « systèmes de santé moyennement préparés ». En effet :

  • Le Centre des Opérations des Urgences de Santé Publique est mis en alerte maximale.

 

  • Un numéro d’appel gratuit, le « 1510 » fonctionne tous les jours de 08 heures à 16 heures, et pourrait passer à 24 heures en cas de besoin.

 

  • Des caméras thermiques et thermoflashs sont installées dans les aéroports pour le contrôle des passagers.

 

  • Des sites d’isolement en cas de suspicion ont été aménagés. Notamment, à l’hôpital Central de Yaoundé.

 

  • Des Kits et réactifs sont disponibles au Centre Pasteur du Cameroun chargé de confirmer des cas suspects de coronavirus.

 

  • La surveillance épidémiologique des voyageurs et des animaux est assurée aux principaux ports, aéroports et postes de santé aux frontières. Elle est aussi envisagée aux frontières terrestres.

 

  • Le Chef de l’Etat a octroyé 50 millions de Fcfa pour les 200 camerounais confinés en quarantaine dans la ville de Wuhan, épicentre de l’épidémie. Aussi, le suivi sanitaire de la communauté camerounaise résidant en Chine est fait par l’Ambassade du Cameroun en Chine.

 

  • Plusieurs ministères sont mobilisés pour la riposte. Ce sont entre autres, les ministères de la Santé Publique (Minsanté), des relations Extérieures (Minrex), de l’Elevage, des Pêches et des Industries Animales (Minepia), de la Défense (Mindef) et la (Délégation Générale à la Sûreté Nationale).

En rappel, selon l’Organisation mondiale de la santé, le nombre de morts imputables à cette épidémie au 26 février se chiffre 2718 pour la Chine et 43 dans les 37 autres pays contaminés. Le nombre de cas confirmés au niveau mondial s’élève quant à lui à 81 109.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here