« Nous ne sommes plus disposé à vous accorder une autre prorogation de délais ». Tel est l’avertissement de Manaouda Malachie, à l’endroit du représentant d’Alliances construction Cameroun, l’entreprise chargée de la construction du Centre hospitalier de Maroua et dont les travaux piétinent. Quatre ans après son lancement (3 mai 2017), le chantier affiche un taux d’exécution de 48 %. Comparativement au délai de livraison initial de cet l’hôpital arrêté pour 2019, ces travaux accuse déjà deux années de retard. « Vous comprenez pourquoi je ne peux pas être satisfait. Ce que nous avons vu sur le site ne nous rassure pas », fait savoir le ministre de la Santé publique (Minsanté) en visite sur ce chantier le 29 juin dernier. Dépité.

La société Alliances Construction a déjà pourtant bénéficié de trois prolongations de délais entre octobre 2018 et août 2020. La première est intervenue le 2 octobre 2018, la deuxième le 25 juillet 2019 et la troisième le 10 août 2020. « Ceci coûte à l’État aussi, parce que lorsqu’on proroge les délais de l’entreprise on doit également proroger les délais de la mission de contrôle, payée par l’État. Il y a des arguments qui ont été avancés dans le sens de ces prorogations. Mais il faut bien qu’on s’arrête quelque part », poursuit Manaouda Malachie.

En guise de ligne de défense, les responsables d’Alliances Construction justifient ce retard par l’insuffisance des ouvriers qualifiés sur place, le non-paiement des décomptes des travaux exécutés et les difficultés liées à l’approvisionnement des graviers qui se trouvent à Figuil, dans la région du Nord. Selon Mohamadou Yougouda, responsable du groupement Helios Ingénierie qui assure la maîtrise d’œuvre du projet, ces difficultés pourraient être surmontées à condition que l’entreprise se mobilise aussi bien en personnels qualifiés qu’en matériels.

Dans tous les cas, Alliances Construction doit livrer le chantier le 30 septembre 2021. Soit dans trois mois exactement. Or, le rythme actuel des travaux ne garantit pas la tenue de cette échéance. « Nous avons demandé à l’entreprise de se mobiliser davantage pour travailler 24h/24, parce qu’il n’y aura pas une 4ème prorogation de délai. De même, nous n’accepterons pas des travaux au rabais à Maroua », a déclaré le Minsanté. Courroucé.

En rappel, le centre hospitalier de référence de Maroua fait partie du programme de construction de 8 centres hospitaliers à travers le pays, dans le cadre du plan d’urgence triennal 2015-2017. D’une capacité d’accueil de 110 lits d’hospitalisation, cette formation sanitaire peut recevoir 589 personnes par jour y compris les personnels. Elle dispose de quatre plateaux : technique, hospitalisation, ambulance et logistique.

Lire aussi :

Hôpitaux de référence. Les députés font pression pour l’achèvement des travaux de construction

Plan d’urgence triennal. Le boulet des Centres hospitaliers régionaux

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here