La résistance aux antibiotiques représente une menace de plus en plus sérieuse pour la santé mondiale et le développement humain. « Même si l’on met au point des nouveaux antibiotiques, la résistance demeurera une grave menace sans une modification des comportements », regrette le Pr Marie-Claire Okoumou, Administrateur du Laboratoire National de Santé publique. Au Cameroun, à la faveur de la semaine mondiale pour le bon usage aux antibiotiques, les autorités sanitaires sensibilisent sur leur bon usage. Nous avons pour cela, recueillis l’avis du ministre de la Santé, au sortir de la cérémonie de lancement y relatif.

André Mama Fouda, ministre de la Santé publique (Minsanté).

« Surdoser l’antibiotique fait plus de mal que de bien »

Il faut bien utiliser l’antibiotique parce que le surdoser fait plus de mal que de bien. Nous lançons une semaine en direction des professionnels de la santé humaine et animale sur le bon usage des antibiotiques. Donnez juste ce qu’il faut et s’assurer que le patient prend la dose indiquée. Pas moins, pas plus. Juste la dose indiquée afin qu’on puisse éviter la résistance aux antibiotiques. Nous devons nous assurons que nous avons les bons antibiotiques sur le marché et lutter contre les faux médicaments qui sont vendus et qui pourrait créer plus de résistance que de nous ajouter du bien dans notre milieu ». Nous devons savoir que la gestion des déchets des antibiotiques peut perturber notre environnement. Donc nous devons bien nous organiser pour qu’au-delà des déchets hospitaliers, ceux des médicaments puissent être bien traité. En juillet dernier, nous avons adopté un plan national de résistance aux antimicrobiens. Nous devons bien mettre en place la lutte multisectorielle.

Publication precedenteCameroun. L’AJC-Prosanté voit le jour
Prochaine publicationExtrême-Nord. L’épidémie de choléra fait de nouvelles victimes
Journaliste diplômée de l'École supérieure des sciences et techniques de l'information et de communication (Esstic) au Cameroun. Passionnée et spécialisée des questions de santé publique et épidémiologie. Ambassadrice de la lutte contre le paludisme au Cameroun, pour le compte des médias. Etudiante en master professionnel, sur la Communication en Santé et environnement. Membre de plusieurs associations de Santé et Politique, dont la Fédération mondiale des journalistes scientifiques (WFSJ) et le Club des journalistes politiques du Cameroun (Club Po). Très active sur mes comptes Tweeter et Facebook.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here